Bougez autrement à Blois - Bougez autrement dans le val de Loire

Espace de débats, d'opinion pour favoriser les "déplacements doux". Faire savoir à ceux qui savent faire...avec pour seul objectif "zéro accident" - et normalement sans publicité, si c'est le cas, c'est sans notre accord...

voyage autour du monde en vélo !

Publié le 28 Février 2010 par NR&c dans Vacances !

Glâné dans la presse locale (NR)

Marine, 29 ans, et Olivier, 30 ans, quittent leurs emplois d'architectes pour réaliser leur rêve. 57.000 km et deux ans et demi à vélo et en bus.
La date de leur départ est programmée : ce sera le 3 avril. Leur budget arrêté : 37.000 € côté dépenses ; à peine 31.000 € côté recettes. Il reste encore 6.100 € à réunir. A côté des dons privés, l'argent provient essentiellement de l'association - les Colporteurs - constituée début février avec une poignée d'amis. Vélos, tentes, duvets : ils ont prévu de vivre en autonomie.
 
Carnet de route interactif
 
Marine Leconte-Dollfus : « Nous ne visons pas le défi sportif. Nous chercherons le plus possible à rencontrer les gens. La bicyclette est un moyen d'avancer en prenant son temps. » Mois par mois, avec Olivier Dollfus, les étapes ont été déroulées. Départ en direction de l'est de l'Europe, sud de la Russie, Turkménistan, Ouzbékistan… jusqu'à la Chine où une étape est prévue pour passer l'hiver. Remontée ensuite vers la Sibérie. Passage du détroit de Béring en avion et descente du continent américain depuis le Canada jusqu'au Brésil, avec un passage par Cuba. Marine y tient.

Le retour en France se fera ensuite en cargo. Olivier : « On imagine faire du cargo-stop. Et si cela ne marche pas, on prendra l'avion. » L'Afrique ne figure pas sur le programme. « Ce sera pour un autre périple… peut-être », confie le jeune couple.
A la préparation de leur périple, Olivier et Marine ont associé quatre établissements scolaires (*). «Nous ne souhaitions pas rédiger un carnet de voyage traditionnel, mais plutôt réaliser un support pédagogique, un carnet de route interactif. Les écoliers pourront nous suivre au jour le jour et en même temps explorer les pays que nous traverserons : environnement, histoire, coutumes… »
Pour cela, le couple a monté un site internet auquel les écoliers auront accès en libre service : pendant toute la durée du voyage ou ponctuellement. « D'autres écoles pourront se joindre à nous », dit Olivier.
Les vélos ? Ils sont fournis par l'Atelier Cyclamen, boulevard du Pont-Achard à Poitiers.

(*) Ecole élémentaire de Saint-Maixent (Deux-Sèvres), école de Vendeuvre, Institut psychomoteur de Nantes et groupe scolaire Aristide-Briand de Tours.

Site internet en construction : www.les colporteurs. org (il sera accessible fin mars). Blog : lescolporteurs-le-off. over-blog. com

Jean-Jacques Boissonneau
commentaires

Comment les villes assurent-elles l'efficacité nécessaire à la mobilité quotidienne ?

Publié le 27 Février 2010 par streetfilms&YB&c dans Comment font les autres ?

Eternelle question abordée par des New-Yorkais





...mais aussi par des géographes en France



Comment les villes asiatiques assurent-elles l'efficacité nécessaire à la mobilité quotidienne ?

Des villes submergées par des voitures ?  Une mobilité de style US n'est pas soutenable dans les villes asiatiques.

L'auto est-elle encore mobile ? "La vitesse moyenne de circulation dans les rues de Bangkok (23 km/h en 1970) est tombée en 2000 à moins de 15 km/h, à 18 km/h à Manille, 19 km/h à Jakarta, 20 km/h à Shanghaï, alors que la vitesse de circulation à Londres est de 28 km/h et à New York de 38 km/h..."

Faut-il laissez-faire (Bangkok, Pékin)  ou limiter la croissance de l'utilisation de l'automobile (Singapour, Hong Kong)  ? Faut-il accroître le kilométrage de voiries (Bangkok, Shanghai) ou démolir une autoroute (Séoul) ou mettre en place un péage urbain (Singapour dès 1975) ?

Faut-il faire des gros travaux (métro aériens) BRT (Bus Rapid Transit) ou systèmes locaux de transports  (minibus, "jeepneys" et 3RM) ?

Quel avenir pour les mobilités non motorisés ? Les temps sont difficiles pour la "petite reine" mais si des loueurs de vélos existent (Pékin, Shanghai, Hangzhou). Le cyclo-pousse (Rickshaw) est en déclin. . La marche à pied est pour les plus pauvres..

 "les grandes métropoles cherchent aujourd'hui à en limiter l'usage (de la voiture), par la promotion des transports en commun, métros, monorails et bus à haut niveau de service. Mais elles ont tendance à négliger les modes non motorisés.. 
Les politiques de déplacements futures pourraient inclure, non seulement une coordination entre agences d'urbanisme et de transports pour limiter les motifs de mobilité intra-métropolitaine, mais aussi garantir une mobilité équitable, et mieux prendre en compte l'intermodalité.

 Yves Boquet: "Transport et mobilités quotidiennes dans les grandes villes d'Asie"
in
Gilles FUMEY, Jean VARLEY, Pierre ZEMBRI (Dir) "Mobilités contemporaines -  approches géoculturelles des transports" Ellipses 2009

commentaires

Version « off » de la sécurité routière pour les riverains ruraux,

Publié le 27 Février 2010 par MMC&c dans Les riverains entrent en résistance


Tumulte dans le landerneau ! l’abnégation des riverains de ces très petits bourgs a une fin. Ils rompent la chape de silence qui entourait l’inertie des pouvoirs publics depuis des années. Ils crient haut et fort leur désamour avec des élus qui font le dos rond, feignant d’ignorer la menace routière omniprésente.

La futilité des choix budgétaires communaux (fêtes, re-fêtes, ouverture de bar/restaurant, animations bien discutables) les plonge dans une sidération abyssale, alors que leurs demandes de protection face au danger des véhicules sont ignorées. Certains riverains se font tancer, mis en demeure de se taire. Peu leur chaut, ils persévèrent, alertant sur la mise en danger durable de leurs vies minuscules.

Ces tempêtes dans l’encrier ont au moins le mérite de faire tomber un symbole, en démystifiant la prétendue qualité de vie rurale. Vie rurale subordonnée à l’industrie céréalière et aux zones pavillonnaires, avec leurs défauts consubstantiels : gigantisme des camions et machines agricoles inadapté aux rues des bourgs, circulation exponentielle, vitesses mortifères, nuisances sonores, enfermement des résidents.

Une réalité en décalage avec la sécurité routière officielle engendre des dysfonctionnements aux conséquences lourdes : panneaux de signalisation dévoyés, absence d’aménagements, mansuétude immense pour les « petites infractions » qui peuvent tuer. La tolérance des 5kms au-dessus de la vitesse réglementaire appliquée sans discernement sur le territoire national est une incitation au crime dans ces bourgs où la visibilité est trompeuse, avec des véhicules sortant de jardins situés en retrait de la route.

 Les nouvelles donnes démographiques, les migrations quotidiennes pour se rendre sur des lieux de travail éloignés, la carence en transports collectifs, une autorité locale inopérante, ont conduit à des violences inédites, entraînant une dévastation dans la vie des riverains ruraux : riantes maisons de bourg transformées en bunkers, surcouches d’isolation acoustique, pièces devenues inhabitables par le vacarme routier. Les riverains sont taxés pour la qualité des matériaux de leur maison, mais ne bénéficient d'aucun coefficient de dégrèvement pour les nuisances occasionnées par le bruit de la route.

Trente années d’une agriculture productiviste ont induit un comportement souvent brutal, une recherche de la vitesse encouragée pour atteindre un objectif de rentabilité. Dans les périodes de vaches grasses, le souci qui domine est celui du progrès matériel. Mais par temps de vaches maigres, on en revient à se préoccuper des hommes. Va-t-on devoir inscrire le riverain rural au patrimoine de l’humanité pour faire reconnaître son droit irréfragable, inaliénable et sacré à la sécurité routière?.

 Voilà pour l’histoire officielle ; pourtant la vérité est bien plus complexe et dérangeante. Un code de la route transgressé, mettant les riverains en danger permanent, ne pourrait exister sans la complicité objective de bon nombre d’acteurs administratifs, économiques qui ont tout intérêt à repousser le fardeau des finances publiques. Le curseur ainsi déplacé vers une moindre densité de population, il ne reste qu’à cultiver inquiétude et confusion chez les villageois, indifférence goguenarde chez les autres, pour alléger les responsabilités et laisser perdurer, en la banalisant, une situation devenue intenable.

Les haies, murs, jardins de riverains détruits par des camions, voitures, motos sont analysés comme une suite de coïncidences fâcheuses. La rencontre entre un camion tout puissant et un villageois se fait aux dépens du villageois contraint de se plaquer contre un mur. Les personnes âgées ou mamans avec poussettes ne pouvant sortir qu’à certaines heures s’inclinent devant le mythe de puissance d’un moteur qui donne tous les droits. La prise de risque d’un riverain sortant de chez lui est balayée d’un revers de main, laissant croire à la fatalité, allant presque jusqu’à soupçonner son incompétence à manœuvrer.

En 1982, un sursaut gouvernemental a sauvé des milliers de vie, mais déjà les zones rurales étaient oubliées dans les programmes de sécurité routière, banalisant une fureur comportementale pour laisser croire à l’inévitable. Les riverains ruraux ne veulent plus d’une vie cocotte-minute, sous la pression constante du danger et du bruit. Ils exigent une égalité dans le traitement de leurs vies minuscules avec grands risques. Des zones 30 obligatoires pour toute traversée de la totalité du village seraient déjà une reconnaissance de leur souffrance car pour eux , « la fatalité est l’excuse des âmes sans volonté » (Romain Rolland). Et après tout, la vie du riverain rural ne vaut-elle pas un plat de lentilles électoral ?
commentaires

Poitiers une ville plus belle

Publié le 26 Février 2010 par nr&c dans Comment font les autres ?

Un blog à visiter du côté de Poitiers
http://poitiersambition.over-blog.com/

  

       "Pour ceux qui pensent que les actions municipales en matière de développement durable peuvent être plus ambitieuses!,Agissons pour façonner une ville plus belle, plus économe, plus durable et plus mobile".

Le blog militant propose:

une gare multimodale

un vrai BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) pour Poitiers.

Le stationnement gênant : une promesse électorale ?

CapVélo 50% d'augmentation
Une école d'ingénieur offre des vélos à ses étudiants à La Rochelle !!!


commentaires

Le TUB fait sa révolution

Publié le 22 Février 2010 par nc&c dans Innovation

Les Transports Urbains du Blésois font leur révolution numérique.

2010-02-22-carte-interactive-du-TUB.jpg
La carte interactive du réseau mérite le détour.
Il reste maintenant à découvrir quelle est la logique d'organisation de ce réseau.


commentaires

Mieux connaître la gare de Blois ou d'ailleurs

Publié le 21 Février 2010 par c dans Innovation

La sncf lance un nouveau service:
gare en mouvement.com

pratique pour avoir les horaires,
quelques (rares) services à proximité
et même le nom du chef de gare !

29g 19 2005 05 12 gare de Blois
commentaires

7eme palmarès de la voiture citoyenne

Publié le 20 Février 2010 par lcvr&c dans Voiture citoyenne

Communiqué de presse

Nouveau palmarès 2010 de la Voiture Citoyenne

La ligue contre la violence routière vient de publier le nouveau palmarès de la «Voiture Citoyenne » .
Ce palmarès 2010 classe 1151 versions de 184 modèles de voitures neuves sur le marché au 1ier janvier 2010 représentant 36 constructeurs sur la base d’une note globale sur 20.

Aux trois premières places du classement :
1-La Honda Insight hybride avec 15,72 sur 20
2-La Toyota IQ avec 15,50 sur 20
3-La Toyota Prius hybride avec 15,42 sur 20

En queue du classement :
La BMW SERIES 5 avec 4,18 su 20 et la Jeep Grand Cherokee avec 3,62 sur 20

Lancé en partenariat avec le magazine « 60 millions de consommateurs » en novembre 2005, le palmarès de la Voiture Citoyenne permet de guider les acheteurs de voitures neuves dans leur choix. Il veut promouvoir une voiture économe, respectueuse à la fois de ses occupants, des autres usagers de la route et de l’environnement.
Le système de notation prend en compte uniquement les modèles de base testés par EuroNCAP (association internationale qui réalise des crashs tests indépendants des constructeurs). Il s’appuie sur quatre critères notés chacun sur 5 : la protection des occupants, la protection des piétons (et par extension, celle des deux-roues), l’agressivité (déterminée par la masse du véhicule et sa vitesse maximale) et les émissions de CO2. Les véhicules diesel qui ne sont pas pourvus d’un filtre à particules sont pénalisés par le retrait d’un  point sur la note finale.
Innovation en 2010, deux données importantes ont été ajoutées aux caractéristiques techniques des véhicules et aux notes : le prix catalogue de chaque version et son groupe dans la nomenclature des assureurs qui détermine le montant de la prime d’assurance. Ces données n’interviennent pas dans le classement mais sont bien sûr très utiles aux acheteurs.

Le palmarès 2010 confirme les tendances observées dans le précédent classement (octobre 2008). Les bons scores sont dus à une réduction de la consommation, une réduction des émissions de CO2 et à des meilleures notes obtenues aux tests de protection des piétons. Ainsi, 133 véhicules atteignent ou dépassent la note de 13 sur 20 , 37 obtenant 14 ou plus.

Le palmarès de la Voiture Citoyenne est un excellent révélateur de la stratégie des constructeurs puisqu’il traduit le degré d’intérêt qu’ils accordent à la sécurité et à l’environnement. Toyota arrive ainsi en tête des constructeurs avec 19 versions notées à 13 et plus, devant Volkswagen et Fiat. Le retard pris par les constructeurs français dans ces domaines est manifeste : le premier d’entre eux, Peugeot, se place au huitième rang, Citroën arrive au dixième ; quant à Renault, il n’est qu’en seizième position !

Précision importante suite aux rappels d’un très grand nombre de voitures produites par Toyota. Les anomalies dues à des défaillances du contrôle qualité décrites sur les modèles incriminés n’ont aucune influence sur le classement de la voiture citoyenne.  Celui-ci est  établi sur des critères de sécurité dite passive, de consommation de carburant et d’agressivité liée à la masse et aux performances.

A cette occasion, la Ligue contre la violence routière et «  60 millions de consommateurs » tiennent à dénoncer la mauvaise gestion du risque routier en France. Aucune statistique ne permet d’analyser le taux d’accidents en fonction des modèles et des marques et donc de mettre en évidence un risque lié aux caractéristiques des voitures. Cette situation inacceptable laisse les usagers totalement démunis face aux défauts de qualité d’une série de véhicules d'un même modèle.
Les modèles impliqués dans des accidents aux Etats-Unis mettant en cause des défauts de qualité relevant de la sécurité active (freinage, pédale d’accélérateur bloquée) ont-ils suscité un surcroît d’accidents en France ?
Si la traçabilité des véhicules était assurée en France comme le réclame la Ligue contre la violence routière depuis de nombreuses années, les pouvoirs publics seraient en mesure de répondre rapidement à cette grave question.


Le palmarès est disponible sur :
http://www.voiturecitoyenne.fr/
http:www.60millions-mag.com/






Le Blog Auto 16/02/2010 Fabien Volari

Lancé en 2005, le classement de la « voiture citoyenne » est établi par la Ligue contre la violence routière en partenariat avec 60 millions de consommateurs. En ce début d’année 2010, il distingue la Honda Insight.

Pour cette édition 2010, 36 marques, 184 modèles et 1151 véhicules différents sont été classés selon la protection des occupants (EuroNcap), la protection des piétons et des deux-roues (Euroncap), la protection des occupants d’autres véhicules et la protection de l’environnement.

Au premier rang, Honda place son hybride Insight avec de gros points marqués dans la colonne
environnementale et de très bonnes notes EuroNcap.
La Toyota IQ, en version essence se place au deuxième rang, devant la Toyota Prius et deux autres versions d’IQ. Suivent trois Ford Fiesta et les Toyota Yaris et Auris dans le top 10.
Au classement des marques, Toyota arrive en tête devant Volkswagen et Fiat. Peugeot pointe au huitième rang,
Citroën est dixième et Renault encore plus loin en 16e position. Le meilleur classement de l’un de ses modèles
(Megane) est 97e !

Classement janvier 2010
1. Honda Insight 1,3 i-VTEC Hybride (15,72 points)
2. Toyota iQ 68 VVT-I (15,50)
3. Toyota Prius III (15,42)
4. Toyota iQ 90 D-4D (15,11)
5. Toyota iQ 68 VVT-i BVA (15,08)
6. Ford Fiesta 1,6 TDCI 90 ECONETIC (14,87)
7. Ford Fiesta 1,4 TDCI 68 (14,86)
8. Ford Fiesta 1,6 TDCI 90 (14,63)
9. Toyota Yaris VVT-i (14,63)
10. Toyota Auris 1,4 D-4D (14,60)…
1151. Jeep Grand Cherokee 3.0 V6 CRD BVA (3,62 et dernier modèle classé).

Plus d’infos sur la voiture citoyenne ici
commentaires

La détermination des politiques a disparu.

Publié le 19 Février 2010 par cg&c dans Ouvrage de référence

C'est la conclusion d'un éditorial de Claude Got

"Le pouvoir politique, qui est en grande partie entre les mains d'hommes de pouvoir, qui voudraient ne pas être soumis aux règles de la collectivité, a écouté ce discours et a cessé d'agir avec méthode et détermination. La période à venir sera difficile pour la sécurité routière. "



commentaires

Déplacement domicile - hôtel de ville...en vélo !

Publié le 18 Février 2010 par streetfilms&c dans Comment font les autres ?


Un exemple de migration alternante du domicile à la mairie.
Cela se passe au Nord-ouest des states !




à Seattle !
Une vidéo de 4 minutes signée Streetfilms
commentaires

Parme (Italie) du 10 au 12 mars 2010

Publié le 17 Février 2010 par cp&c dans Conférence

Cinquième Conférence ministérielle sur l’environnement et la santé
"Les routes d’Europe sont trop dangereuses pour les jeunes".

"Dans la Région européenne de l’OMS, les traumatismes imputables aux accidents de la route tuent chaque jour quelque 100 enfants et jeunes de moins de 25 ans"...
La suite et les mesures préconisées sont sur le site de l'OMS

commentaires

Afficher plus d'articles

1 2 3 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog