Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Violence Routière 41 - Bougez autrement à Blois - Bougez autrement dans le val de Loire -

Ce blog associatif, à plusieurs mains, est un espace de débats, d'opinion pour favoriser les "déplacements doux". Il s'agit de "faire savoir à ceux qui savent faire"...avec pour seul objectif "zéro accident" - Ce blog est normalement SANS PUBLICITE, SI C'EST LE CAS C'EST SANS NOTRE ACCORD... (un moteur de recherche est disponible ci dessous à droite sous le mot "contact")

Epuisay

Publié le 30 Avril 2009 par VH&NR&c dans Les riverains entrent en résistance

NR Jeudi 30 avril 2009

Epuisay “ Faudra-t-il attendre un 6e mort ? ”


(Mappy.fr)

Ce jeudi 30 avril, à 18 h 30, à hauteur du silo d'Epuisay sur la D 357 (route du Mans), sera organisé par ses proches un rassemblement de personnes pour rendre hommage à Albert Sionneau décédé tragiquement dans un accident de la route un an plus tôt à ce même endroit. Sa famille affirme qu'il est le cinquième « tué » à ce carrefour.
« Pendant ces douze mois, quelques échanges de courriers ont lieu avec le président du conseil général. Il semblerait qu'un rond-point soit l'aménagement idéal permettant une meilleure sécurité des automobilistes. Pas moins de 1.500 personnes ont signé des pétitions demandant ce rond-point. Malgré tout, seulement une ligne blanche a été matérialisée sur la chaussée. Le danger est toujours aussi présent. Faut-il attendre un sixième mort, pour qu'une sécurité optimum soit envisagée ? », interrogent-ils.
Contactés hier, les services du département précisent que « des études sont en cours pour déterminer le meilleur aménagement possible, plusieurs hypothèses étant envisagées… Par ailleurs, la sécurité routière restant notre objectif prioritaire, d'ores et déjà, plusieurs aménagements ont été réalisés : le tracement d'une ligne blanche pour interdire les dépassements, la réduction de la vitesse de 90 à 70 km/h et le déplacement de panneaux publicitaires qui gênaient la visibilité ».


Photo aérienne Mappy.fr
commentaires

Rallyes et dégâts collatéraux 8-(

Publié le 30 Avril 2009 par MMC&c dans Les riverains entrent en résistance

Ce texte a été écrit sous l’indignation causée par la mort d’une jeune fille de 17 ans lors d’un rallye à Nice

RALLYES SUR ROUTES PUBLIQUES ET DEGATS COLLATERAUX

Dégâts collatéraux : Il y a dix ans seulement, une formule apparaissait, initiée par les responsables des frappes de l’OTAN lors de la terrifiante guerre du Kosovo. La guerre venait de changer de visage en s’attaquant aux personnes civiles.
 
On ne saurait pousser plus loin le cynisme, l’indifférence à l’égard des victimes qu’en les nommant collatérales ! Ce nouveau concept s’amplifie de façon inquiétante depuis six ans par les autorités de nos régions, imposant les rallyes au niveau départemental sur les routes publiques, au mépris de la souffrance des riverains, des animaux, de la destruction de nos paysages, de notre patrimoine architectural bien secoué par ces vibrations. Les moteurs sont contrôlés au départ des rallyes, disent les organisateurs. Contrôlés pour leur performance, pas pour les décibels à rendre fous humains (et animaux domestiques) enfermés dans les maisons, attendant la fin du cataclysme pour sortir respirer les rejets de particules de CO2.

Aujourd’hui, nous apprenons, dans un article de presse laconique, la mort d’une jeune fille et de quelques blessés graves fauchés par un de ces véhicules guerriers du dimanche à Nice  : « Le pilote a perdu le contrôle de sa voiture »,  euphémisme couramment usité pour camoufler des vitesses inutiles.  Dimanche dernier, dans la verdoyante vallée du Cher, avait lieu le « rallye des jardins de France ».



Nous sommes nombreux à regretter que les organisateurs ne s’occupent de leur propre jardin plutôt que détériorer le jardin de la France. Un pilote y « faisait une sortie de route »,  un autre brisait un poteau électrique de 20 000 volts, un troisième faisait « une petite faute de pilotage, ravageant des vignobles » « Malgré ce coup du sort, les pilotes ont continué à assurer le spectacle ». Non, vous n’êtes pas dans la Rome antique,  la presse locale, sponsor fidèle, rodée aux techniques de piégeage pour promouvoir ces manifestations indécentes, utilise le même raccourci du sensationnel minorant les victimes mais déplorant la malchance dans ce simulacre de combat avec la mécanique. Et qu’en est-il de la dégradation du paysage ? Des contribuables  paieront le nouveau poteau électrique, indemniseront le vigneron.

Car on le sait bien seuls les ignorants, les innocents parlent de la crise, puisque les autres la fabriquent pour s’adonner à l’aise au jeu d’influence de la monnaie sonnante et trébuchante, au jeu de l’infantilisation appelant à se lâcher, en toute impunité, l’espace de quelques jours par an. Et qu’on ne nous parle pas de relance de l’économie locale, les commerçants dans toutes les régions attestent de l’absence de gain les jours de rallye.

Un point commun à toutes ces manifestations dans quasi toutes nos régions : elles sont initiées sous les auspices d’un Conseil Général, peu convaincu – du moins on l’espère -, mais laissant faire. Relevant d’un déficit démocratique alarmant, d’une gabegie économique éhontée puisant dans les deniers publics, elles favorisent une minorité destructrice de notre santé, de notre patrimoine naturel régional et sont une injure faite à l’esprit, donc à l’humain.

Quand va cesser cette schizophrénie de l’Etat communiquant sur le développement durable à longueur de journée, mais responsable d’un non-sens écologique, en autorisant ces rallyes dans nos paysages dont ils ne sont pas plus propriétaires que nous ?

Quand va cesser cette schizophrénie de nos gouvernants régionaux communiquant sur la crise à tout va, mais finançant, par le biais de nos impôts, des manifestations archaïques en 2009,  injustifiables, obscènes qui  représentent des milliers de smics ?







commentaires

La voiture est-elle soluble dans l'eau ?

Publié le 29 Avril 2009 par mmc&c dans insolite

Il faut 10 000 litres d'eau pour construire une voiture !


Juste retour des choses.
commentaires

A quelques jours des grands week-ends

Publié le 26 Avril 2009 par V7&c dans Comment font les autres ?


Une émission de France3
La voix est libre

consacrée à la violence routière.



commentaires

Moobilibsphère

Publié le 24 Avril 2009 par ddf&c dans Ouvrage de référence

Moobilibsphère:  Ensemble des moyens de transports en usage locatif libre. Vélos, motos, voitures, patins à roulettes, trottinettes, patins à roulettes... La moolbilibsphère comprend tous les moyens de transport en accès libre. Le principe d’usage est toujours le même. Vous prenez un abonnement qui vous permet de décrocher d’une borne le moyen de transport de votre choix. (...)

 

La suite est disponible sur le dictionnaire du futur

sur http://www.dictionnairedufutur.fr/spip.php?article112

 

 

Voir également les articles associés sur les mots suivants

commentaires

Yelo de LR (1/2)

Publié le 23 Avril 2009 par LR&c dans Comment font les autres ?

Petit détour par une ville, de 77 000 habitants, qui rayonne !



Première ville de France (ou l'une des premières) à avoir testé "la journée sans voiture" dès 1997 (?). Vue sur son port, le cheminement pour les piétons, cyclistes, automobilistes et pour ceux qui empruntent les bus.



  Une agglomération qui à fait le choix des "circulations douces". La Rochelle est connue pour son port et ses vélos jaunes. Par temps maussade ils se font discrets. Mais dès les premiers beaux jours, les 180 (?) bicyclettes jaunes sont prises d'assaut par les touristes. Un service de grande qualité, gratuit les deux premières heures puis comptez 1 € de l'heure par vélo emprunté, contre une pièce d'identité.



Le parking à vélo Place de Verdun, près des arrêts de bus.





Le réseau cyclable (en rouge sur le plan) est constitué de plus de 100 kilomètres de bandes et pistes, le long du littoral et vers l'intérieur des terres.

D'après la ville, il y aurait
 "110 km d'aménagements cyclables (160 km à l'échelle de l'agglomération) soit :
40,5 km de pistes cyclables
57 km de bandes cyclables
1,5 km de contresens vélos
8 km d'itinéraires balisés
2,5 km de voies bus/vélo (hors site propre)
1700 arceaux (542 sur le seul quartier des Minimes) soit 3400 places
répartis sur 319 emplacements.
150 arceaux supplémentaires sont posés chaque année par la Ville.
Pour aller plus loin, pour garer son deux roues personnel ou son vélo jaune en toute sécurité, une quinzaine de Vélo-Parcs fermés et à accès contrôlé vont également être créés. "
(La Rochelle, Le journal avril 2009)




Un cheminement très agréable dès les premiers rayons du soleil, sans aucune difficulté particulière.



...vraiment cool...



Un giratoire avec une bande cyclable au nord de la ville.


Une voie mixte, piétons cyclistes à l'écart de la circulation automobile.
Un vrai "plus" pour découvrir la ville.




Les projets semblent également novateurs:
"Changement de braquet
« Les vélos jaunes nouvelle génération arrivent au printemps avec la mise en place en trois phases des 55 stations du nouveau libre service Yélo et de ses 352 deux-roues » précise Denis Leroy vice-président de la CdA en charge des Transports et de la Mobilité. Ils seront accessibles grâce à la carte Transport public Yélo pour les abonnés aux transports publics et par carte bancaire pour les autres. A terme, trois services vont être mis en place : le libre service vélo, la location de longue durée et la location touristique estivale. Et pour garer son « biclou » personnel ou son vélo jaune, une quinzaine de Vélos-Parcs fermés va être créée (gare, haltes
ferroviaires, parking relais,...)" (Source: La Rochelle, Le journal Avril 2009)



La Rochelle accueillera du 5 au 9 octobre 2009
le Congrès du club des villes cyclables.


Pour voir la ville vue du ciel
c'est par ici
commentaires

Yelo de LR (2/2)

Publié le 22 Avril 2009 par LR&c dans Comment font les autres ?

La Rochelle c'est aussi


Un parc de deux kilomètres (Voir flèche fluo)
une véritable coulée verte dans la ville.


 qui donne accès à la plage
, à un parc animalier ou au calme, tout simplement.


La péniche solaire !



Des voitures électriques...



Quelques curiosités: un vélo recyclé !



Des arcades pour flâner au sec ou à l'ombre.


Des rues rénovées pour mettre en valeur le patrimoine architectural. (Maison à pan de bois).



Des graffs originaux qui vont bientôt diparaître.

commentaires

Des rives de Loire

Publié le 21 Avril 2009 par ClB&c dans Les riverains entrent en résistance



Si Joachim Du Bellay était revenu à son terroir natal en ce matin d'hiver 2009, les écoliers de France auraient-ils le plaisir de réciter «Heureux qui comme Ulysse... »? Arrivant ce jour chez nos amis de la Ligue dans le Maine et Loire, je me posais la question. Bien que n'ayant pas vécu au 15ème siècle, j'avais le souvenir d'un temps charmant où le bord de Loire entre Angers et Saumur était le lieu d'une lumière  incomparable,  d'un  fleuve majestueux, et de rives aux cent visages.

La « Levée » de Loire - autrement dit la digue qui contient le fleuve et forme un arrière-pays fertile - supportait déjà sa route sinueuse bordée ça et là des vieilles et élégantes maisons de tuffeau. Mais on pouvait s'y promener. On pouvait y rouler à une allure modeste permettant au regard de s'attacher par moments à d'autres choses qu'au ruban de bitume. Les cyclotouristes y étaient nombreux et le piéton rêveur pouvait s'asseoir, tranquille, sur le muret de pierre. Le grand fleuve, roulant avec lenteur et silencieusement sa vaste masse liquide,conférait à chaque point de vue une sérénité qui forçait à l'arrêt et à la contemplation.

La meute.

 Hélas, aujourd'hui, sitôt sorti d'Angers   par   cette   route   dite « touristique », il devient impossible de flâner. La furia automobilesque se déchaîne immédiatement derrière le conducteur tranquille. «Il faut rouler mon pépère, il faut rouler ! » paraît crier le type qui me suit, téléphone collé à l'oreille.   Trouver  une  virgule   de macadam sur le bas-côté pour se garer en catastrophe et laisser passer ces gens pressés n'est pas chose facile. Seule une zone à 70 flanquée d'un radar semble pouvoir en contenir le déchaînement.
Avec mérite, car par 3 fois déjà, des protozoaires inciviques ont repeint ledit radar en couleurs très seyantes afin de le rendre inopérant. Il est vrai qu'il flashe par l'arrière, le traître, ça ne se pardonne pas.

« ...sur    une    bande    d'arrêt d'urgence... »

Je cherchais donc la douceur angevine et pensais la trouver dans la grande maison de nos amis, qui s'étire en bordure de rue dans le village de La Bohalle, avec le fleuve pour vis-à-vis. Le plaisir de parler devant un délicieux jus de pomme local était au rendez-vous. Quant à la douceur des lieux, il me fallut déchanter.
- « On a l'impression d'habiter sur une bande d'arrêt d'urgence .... » dit mon hôtesse.
- « Regardez les fissures du plafond, avec les vibrations » continue Jean, son mari. Pour cause : à moins de 3 mètres des portes et fenêtres du salon, 7000 véhicules chaque jour passent à des vitesses qui, pour n'être pas celles d'une formule 1, n'en sont pas moins le plus souvent excessives pour le lieu. Car nous sommes en plein village. Car la chaussée bien lisse, en ligne droite sur plusieurs centaines   de   mètres,   parfaitement dégagée,    incite    furieusement    à l'accélération et à la vitesse. Car une superbe ligne blanche continue donne l'impression d'un circuit de compétition. Car rien, vraiment rien autrement que les panneaux d'entrée du bourg ne contraint les usagers. Vitesse 50 ? Plutôt 60, 70, 80. Chaque fois que les gendarmes se sont postés là, ils ont verbalisé à tout va. Un  panneau  «interdit  aux  poids lourds»? Dès 3 heures du matin, 12 tonnes, voire 38 tonnes se lancent impunément sur cette belle voie bien lisse et bien droite... Le stationnement est possible au ras de la bande de rive, en acceptant le risque de se faire arracher un rétroviseur et avec la certitude d'envoyer sur la chaussée le moindre piéton kamikase. Car marcher le long de cette rue ressemble à un jeu de trompe-la-mort,tant du côté du fleuve que du côté des maisons où le trottoir est inexistant et la largeur insuffisante.

Un patrimoine malmené.

Je ne voudrais pas décourager nos lecteurs d'une visite de cette Levée de Loire classée au patrimoine mondial de l'UNESCO et qui reste à maints endroits un lieu magique. La plupart des villages riverains ont rendu leur traversée digne de ce label : permettre au voyageur de profiter de l'exceptionnelle lumière et du large espace des rives de Loire, tout en évitant que la circulation ne détruise la vie des habitants.
Car on sait maintenant assez bien - techniquement - comment réduire la vitesse, dévier les poids lourds, calmer le trafic, rendre plus sûres les traversées de voies, etc. L'Administration peut aider les  Maires à concevoir  des projets de zones pacifiées où la voiture retrouve sa place à due proportion pour le bien de tous.Encore faut-il une volonté. Disons "des volontés", car pour aménager,  il faut parfois aller contre les idées reçues, les petits lobbies locaux, les habitudes, les « acquis », les préjugés etc... . Bref, il faut savoir déplaire un peu. Et beaucoup de maires savent que désormais, les administrés se souviennent plutôt favorablement de cela lors des élections qui suivent...

Manifestement, dans la commune où nos amis se battent pour vivre en paix et en sécurité, on n'a pas encore compris ça.

Claude Chabot



« .. .Plus me plaît le séjour qu 'ont bâti mes aïeux,
Que des palais romains le front audacieux,
Plus que le marbre dur me plaît l'ardoise fine :
Plus mon Loir gaulois, que le Tibre latin,
Plus mon petit Liré, que le mont Palatin,
Et plus que l'air marin la doulceur angevine ».
Joachim Du Bellay - Les regrets

commentaires

Enfoncer une porte ouverte !

Publié le 17 Avril 2009 par x&y&c dans insolite


Il ne s'agira pas de chercher à démontrer une évidence;
ou d' énoncer une banalité en la faisant passer pour une nouveauté ou pour quelque chose ayant de l'intérêt. Encore que ...C'est pourtant ce qu'un automobiliste a tenté de faire, indirectement, mercredi soir.


Un portail défoncé avec un mur fissuré et franchement incliné. Tel est actuellement le triste spectacle au croisement de la rue Lerclerc - Alsace Lorraine à Blois. Des débris d'une voiture jonchent encore le sol.



Il s'agirait du résultat d'un accrochage entre deux véhicules. Le premier, circulant sur la voie de droite, sur le carrefour, en direction de l'avenue Maunoury. Le second sur la voie de gauche voulant tourner vers la rue d'Alsace Lorraine.  L'une des bagnoles serait partie en toupie et aurait percuté  le mur avec le pare-choc arrière ! D'où les traces du pot d'échappement. D'après des riverains, "Il ne devait pas rouler à 20 km/h !"...


D'autres accrochages ont été signalés à cet carrefour..




D'habitude, les lycéens et les personnes âgées, sont nombreux à cheminer par ici.  Heureusement, il n'y avait personne sur le trottoir ...cette fois !
commentaires

Bouger, sans bouger, tout en bougeant

Publié le 16 Avril 2009 par c dans insolite


Une manifestation lycéenne ce matin à Blois, place de la Résistance.
commentaires
1 2 > >>