Bougez autrement à Blois - Bougez autrement dans le val de Loire

Espace de débats, d'opinion pour favoriser les "déplacements doux". Faire savoir à ceux qui savent faire...avec pour seul objectif "zéro accident"

Il se passe quelque chose à Blois

Publié le 30 Mai 2009 par c dans On nous cache tout

La ville a connu son premier "happening", son premier "freeze".
Pour ceux qui ont raté l'évènement voici quelques images filmées cet après-midi en présence des médias locaux.



Facebook est passé par là.
(Merci Elody pour le tuyau)

Celà fait quelques temps que nous subodorions ce type de manifestations.
commentaires

Route et développement durable

Publié le 28 Mai 2009 par rp&c dans Conférence

16èmes Rencontres parlementaires sur la Route et la Sécurité routière.

Le développement durable:
un nouvel argument pour la sécurité routière ?




Lundi 22 juin 2009
Immeuble Jacques Chaban Delmas
101, rue de l'Université - 75007 Paris
Participation libre (hors déjeuner)

commentaires

Vitesse aux abords des écoles

Publié le 27 Mai 2009 par ?&NR&c dans Les riverains entrent en résistance



Blois rue de la Garenne

NR du 27 Mai 2009
Vitesse aux abords des écoles la sécurité prime à Blois

Nous vous écrivons car nous souhaiterions alerter vivement la municipalité sur la circulation et la vitesse rue de la Garenne, à Blois. Nous habitons ce quartier depuis deux ans, près du centre-ville, c'est très agréable, cependant, nous déplorons la vitesse sur cette route. Nous avons déjà subi un sinistre sur notre véhicule en stationnement. Mais ce qui est à craindre, c'est qu'une personne soit percutée…. Il y a encore quelques jours, il existait des bornes au milieu de la route, les véhicules roulaient déjà à vive allure, mais depuis la suppression de ces bornes, c'est devenu terriblement dangereux, en plus de la vitesse, le virage est pris au milieu. Du fait de l'école Saint-Vincent, bon nombre d'enfants fréquentent cette rue quotidiennement, sans oublier que cet axe est très emprunté à pied par les habitants de Blois nord, si rien n'est fait rapidement, il y aura des blessés voire plus grave, c'est certain…
Nous demandons aux autorités de la ville de revoir au plus vite la circulation sur cet axe avant qu'il n'arrive un malheur….
[Des parents inquiets]

A juste titre... NDLR
La rue des écoles, non loin de là,  passe en Zone30 en octobre 2011
commentaires

Des ceintures dans les bus

Publié le 26 Mai 2009 par QB&NR&c dans usager vulnérable

Un problème récurrent qui devra bien être résolu un jour...
pour éviter des drames au moment des départs en vacances.



NR Vendredi 26 juin 2009

    la phrase
“ Une étude lancée sur la ceinture dans les cars scolaires ”
Le 18 juin dernier, le président de l'antenne poitevine de la Ligue contre la violence routière, Romain Bonnet, participait à une rencontre à l'Élysée avec un conseiller en charge de la sécurité routière.
La question de l'équipement obligatoire en ceinture de tous les transports scolaires a été débattue. « Le ministère des Transports a lancé une consultation auprès des collectivités territoriales portant sur la faisabilité d'imposer ces ceintures à une date donnée, rapporte Romain Bonnet. Il ne nous semble pas raisonnable d'attendre le renouvellement du parc des cars pour y parvenir, ça supposerait une entrée en vigueur vers 2020. Le conseiller de la Présidence nous a assuré qu'une date aussi lointaine ne cadrait pas avec la politique du gouvernement. »

Un choc à 50 km/h équivaut à une chute du Xeme ? étage..
commentaires

Angles morts !

Publié le 24 Mai 2009 par z&PQR&c dans usager vulnérable

Une expérience détonnante d'un cycliste de Paname où il est
question de la vulnérabilité dans la jungle urbaine
quand la loi n'est plus appliquée.

 

Merci mille fois à "Pierre qui roule" et à  ZigZornif
commentaires

La cité du vélo (CPH)

Publié le 24 Mai 2009 par CPH&PQR&c dans Comment font les autres ?


Copenhague !
Une contribution de Pierre qui roule


pour ceux qui, localement,  oublient la loi sur l'air !-)
commentaires

Vélo école à Tours

Publié le 22 Mai 2009 par cc37&NR&c dans Comment font les autres ?

Une initiative du collectif cycliste 37
publiée dans la presse locale

Il n'y a pas d'âge pour apprendre à faire du vélo !

 
Photo: Gunhild Witte coordonne la vélo-école proposée par le Collectif cycliste 37. Les cours comportent trois niveaux, ils sont gratuits pour les adhérents de l’association.

Sur l'île Aucard, Marie, une Tourangelle de 62 ans, suit des cours à la vélo-école proposés par le Collectif cycliste. Une revanche sur les moqueries du passé.
 
Le rendez-vous a été donné sous le pont Mirabeau, près des terrains de tennis de l'île Aucard. Marie (*) surgit du bout du chemin qui mène à la Loire, elle se tient très bien sur sa bicyclette et pédale calmement, encouragée par Gunhild Witte, coordinatrice de la vélo-école et bénévole au Collectif cycliste. « C'est très bien ! Tu fais des progrès ! »
Marie en est à son 5e cours hebdomadaire. « J'ai fait une chute au 3e cours, en butant sur une bordure en ciment qui m'a désarçonnée. Depuis, je dois dépasser mon appréhension car je me suis fait un sacré bleu qui est passé par toutes les couleurs avant de guérir ! », raconte cette Tourangelle qui vit dans le quartier Paul-Bert.
Comment a-t-elle connu la vélo-école du Collectif cycliste ? « Gunhild est mon amie, nous avons longtemps été profs ensemble. » Qu'est-ce qui l'a poussée à apprendre à pédaler à l'âge de la retraite ? « Mon objectif n'est évidemment pas de faire le Tour de France !, plaisante Marie. J'ai des petits-enfants, un de mes fils vit sur l'île de Ré, j'adorerais faire des balades avec les petits pour aller à la plage. »
 
Blocage
 
Pour cela, Marie doit vaincre le blocage qu'elle a depuis sa tendre enfance. « J'ai fait du vélo aidée de stabilisateurs jusqu'à l'âge de 4 ans, puis ça s'est grippé. J'ai réessayé plus tard, mais mes enfants, mes neveux se sont moqués de moi. Comme des gamins, vous savez, ce n'était pas méchant, mais bon. »
Avec la vélo-école et aidée de Gunhild, elle reprend confiance. « Les gens qui ne savent pas faire de vélo sont parfois complexés, comme ceux qui ne savent pas nager, ou pas écrire », commente Gunhild. « Les personnes qui nous contactent sont en grande majorité des femmes, qui ont toutes des objectifs différents en venant à la vélo-école, mais aussi une motivation très forte. »
(*) : Cette dame tenait à garder l'anonymat, il s'agit d'un prénom d'emprunt.

Pour contacter la vélo-école,


Magalie Basset

Un exemple venu du Nord et de l'Est
Le phénomène des vélo-écoles date d'environ quatre ans, explique Gérard Rollin, le président du Collectif cycliste 37. La vélo-école de La Rochelle, qu'il cite en exemple, s'est inspirée des vélo-écoles de Bruxelles, des vélos-écoles allemandes et néerlandaises.
> L'objectif est de « travailler sur les mentalités, de reconquérir une couche de la population initialement séduite par le tout automobile », poursuit M. Rollin. « C'est pourquoi nous nous proposons d'intervenir aussi dans les entreprises qui souhaitent mettre en place des PDE, plans de déplacement des entreprises. »
> Dans toutes les autres villes où les vélo-écoles ont été expérimentées (La Rochelle, Bordeaux, Amiens…), il apparaît que 99,9 % des élèves sont des femmes. « Pour elles, la vélo-école est un moyen de gagner en autonomie. 80 % de ces femmes sont d'origine étrangère. »

Vélo-école : renseignements pratiques
HISTORIQUE. La vélo-école de Tours a été lancée le 20 septembre dernier, à l'occasion de la semaine européenne de la mobilité.
Les cours sont assurés par « les plus anciens, les plus dégourdis et les plus dévoués » membres du Collectif cycliste 37, fondé en 1991, écrit Gérard Rollin, le président.
POUR QUI ? Les séances de la vélo-école sont réservées aux adultes. Selon les quartiers de résidence et les disponibilités de chacun, les horaires des cours varient.
COMMENT ? Les cours de la vélo-école sont le plus souvent des cours individuels.
Les apprenants sont répartis en trois niveaux, qui sont des modules de cinq séances, un chiffre qui peut toutefois varier selon les individus.
Le premier niveau propose des séances en milieu protégé, loin des voitures. Les cours du second niveau se déroulent dans la ville, sur des aménagements spacieux. Le troisième module consiste à élaborer des itinéraires dans la ville.
TARIFS. La vélo-école est gratuite pour les adhérents du Collectif cycliste. Adhésion annuelle : 10 euros.
Pour les autres, il en coûte 10 € par module de cinq cours.
CONTACT. Collectif cycliste 37, tél. 02.47.50.69.74. Courriel : tours@fubicy.org Site : http://www.fubicy.org

Recherche local à vélo pour la vélo-école
Le démarrage de la vélo-école de Tours se passe dans de bonnes conditions, avec ce bémol : « Nous n'avons pas de local pour entreposer les vélos-écoles, des bicyclettes très reconnaissables où les termes “ vélo-école ” sont écrits en gros sur le garde-jupes », explique Gunhild, coordinatrice de la vélo-école de Tours.Gunhild plaide pour que de nombreux cours se déroulent dans ce quartier des bords du Cher : « Proche du parc de la Gloriette, proche du circuit de la Loire à vélo qui longe le Vieux-Cher, proche du parc de la Bergeonnerie… Le quartier des Deux-Lions a de nombreux atouts. » Les membres du Collectif cycliste ont entamé des démarches auprès de la ville de Tours et de la communauté d'agglomération pour obtenir un local, sans résultats pour l'instant.
commentaires

Drôles de vélos !

Publié le 19 Mai 2009 par PQR&c dans insolite

Spécialement pour François
un site suisse
http://www.hot-bike.ch/
signalé par Pierrequiroule.
C'est vraiment spécial.
C'est hot...
commentaires

Solex

Publié le 17 Mai 2009 par c dans insolite


...exposé en vitrine rue des trois marchands à Blois !
Il n'y a plus de place sur les routes ?
commentaires

Mardi conférence de presse

Publié le 16 Mai 2009 par LCVR&c dans Conférence

AFP 14/05/2009

Treize organisations et huit personnalités, dont le Pr Claude Got, tiendront mardi une conférence de presse sur les mesures concernant l'alcool, et notamment sa publicité sur Internet, contenues dans la loi Bachelot, qui est en discussion au Sénat, ont-ils annoncé jeudi.
Pour les organisateurs, il s'agit d'une "mobilisation face à un risque sanitaire et social majeur".
Le texte adopté en mars par l'Assemblée nationale interdit toute vente d'alcool et de tabac aux moins de 18 ans, ainsi que la vente d'alcool au forfait (open-bar). Mais les députés ont aussi autorisé la publicité pour les boissons alcoolisées sur Internet, au grand dam des associations de lutte contre l'alcoolisme.

La conférence de presse organisée mardi à Paris réunira autour du professeur de santé publique Gérard Dubois, l'alcoologue Philippe Batel, le député UMP Yves Bur, l'ancien ministre Claude Evin, l'expert en santé publique Claude Got, le député PS Jean-Marie Le Guen, le Pr Roger Nordmann de l'Académie de médecine et le cancérologue Maurice Tubiana.

Parmi les organisateurs figurent les associations de lutte contre l'alcoolisme ainsi que des organismes de santé publique (Mutuelle des étudiants, Ligue contre la violence routière, Ligue nationale contre le cancer, Société française de santé publique, Union nationale des associations familiales...).




Alcool et cancer
3 verres d'alcool par jour.

Publicité pour l'alcool : Non à l'hypocrisie
Que Choisir 23/05/2009 Anne-Sophie Stamane


La loi Bachelot n'en est pas à un paradoxe près : elle prévoit d'interdire la vente d'alcool aux mineurs, mais en autorise dans le même temps la publicité sur Internet. Des associations dénoncent l'hypocrisie du texte.
Jusqu'ici, la publicité pour l'alcool est limitée à des médias précis, essentiellement la presse écrite et la radio. Rien à la télévision, rien sur Internet. Cette situation est en passe de changer. La loi Bachelot sur l'hôpital, actuellement en discussion au Sénat, prévoit en effet d'étendre au Web la possibilité de faire de la publicité pour les boissons alcoolisées. Une aubaine pour les alcooliers, pour qui un marché énorme se profile. Mais une honte aux yeux de quelques élus et associations (1), qui mettent en garde contre les effets d'une telle mesure. Dans une lettre ouverte au président de la République et aux parlementaires, ils rappellent que les jeunes s'alcoolisent de plus en plus, or c'est précisément eux qui utilisent le plus Internet, média « surpuissant et incontournable » pour les jeunes générations. Autoriser la publicité sur les sites est donc une aberration en termes de santé publique. D'autant que, par ailleurs, le même projet de loi interdit la vente d'alcool aux mineurs... Cherchez la cohérence !
La précaution qui consiste à interdire de publicité les sites « destinés à la jeunesse » ne semble pas suffisante :
« Il n'existe aucune frontière sur Internet et les jeunes [...] s'affranchissent largement des sites qui leur sont prétendument dédiés », précise la lettre. Les signataires de la missive en profitent pour dénoncer un autre scandale : l'autorisation de vendre de l'alcool dans les stations-service, alors même que l'alcool au volant continue de faire des ravages.
(1) Ligue contre la violence routière, la Mutuelle des étudiants, Société française de santé publique, Union nationale des associations familiales, etc..



Stoppons la publicité pour l'alcool sur Internet ! (Le Monde 28.05.09)
Article paru dans l’édition du 29.05.2009


La publication par l'Institut national du cancer (inca) d'une brochure exposant les liens entre alcool et cancer a fait l'effet d'une déflagration dans les médias et dans le secteur des alcooliers. Elle n'était pourtant pas une révélation pour les professionnels de santé et les associations qui proposent depuis longtemps des politiques contre la deuxième cause de mortalité évitable en France (près de 40 000 décès par an).
Mais parler d'alcool et de santé en France dérange tous ceux qui en tirent les plus grands profits. On concède tout juste aux professionnels de la santé qu'ils doivent traiter les malades, mais, s'ils s'attaquent à la racine du mal, comme la banalisation de la consommation de l'alcool, ce sont alors des trublions irresponsables, des hygiénistes, des ayatollahs, des talibans adeptes de l'eau minérale...
A l'inverse, le lobby de l'industrie de l'alcool fait feu de tout bois pour minimiser les ravages du produit, avec des moyens qui se rapprochent de ceux de l'industrie du tabac. Ne pouvant plus nier les conséquences sanitaires et sociales, il met en avant le plaisir immédiat, la sensualité, voire l'identité nationale, les dangers étant circonscrits aux "gros" buveurs ou aux excès sévères.
Afin de protéger les enfants, les jeunes et les femmes enceintes, le lobby alcoolier concède qu'il faut faire une information, qu'il demande à diffuser lui-même. L'essentiel pour lui est de faire passer l'image d'une industrie responsable face à des consommateurs informés, mais l'issue de cette confrontation entre le renard et les poules ne fait aucun doute, tant les moyens sont disproportionnés (310 millions d'euros de publicité par an, 4 à 5 millions de campagnes de prévention).
Comme si cela ne suffisait pas, il intervient dans l'élaboration de la loi, grâce à des parlementaires motivés. Ainsi la loi Evin de 1991 a été édulcorée. On a autorisé la vente d'alcool dans les stades, en contradiction complète avec la volonté affichée de protéger les jeunes. On a vu à l'Assemblée nationale les défenseurs des bouilleurs de cru prendre des accents lyriques au nom de la protection des vergers. En ce moment, on entend des parlementaires de tous bords prétendre qu'on peut faire de la publicité sur Internet sans que les jeunes y aient accès !
Le lobby alcoolier a même réussi à contrôler et à limiter l'expression des défenseurs de la santé, en obtenant la création d'un Conseil de modération et de prévention, où sept parlementaires pro-alcool constituent une majorité automatique. Cette instance fantoche, à laquelle les associations ont refusé de participer, prétend examiner la validité de la production scientifique de l'Institut national du cancer, comme si elle en avait la moindre compétence. Cette instance est un leurre dangereux, auquel il convient de mettre fin, comme l'a proposé le député UMP Yves Bur.
Argument mensonger
Le dernier moyen employé est d'introduire le doute et la confusion dans le débat scientifique. L'argument mensonger selon lequel le vin serait moins nocif que les autres alcools est usé, mais il a beaucoup servi. On peut compter sur le Conseil de modération et de prévention pour donner le même espace d'expression, à propos de l'augmentation du risque lié à la consommation d'alcool, aux scientifiques de l'inca et à d'autres plus marginaux mais plus favorables aux thèses de l'industrie.
Alors que le gouvernement a accepté d'interdire la vente d'alcool aux mineurs tout en ouvrant l'Internet à la publicité pour l'alcool, il est temps d'en finir avec l'hypocrisie. La publicité sur Internet se fera nécessairement en direction des jeunes, et c'est dangereux, incohérent et inacceptable, car les jeunes buveurs seront les malades et les morts de demain. Les débats autour de la loi Hôpital, patients, santé, territoires illustrent le paradoxe de l'hypocrisie française en matière de lutte contre l'alcoolisme et de protection de la santé publique. Le lobby alcoolier a remporté une sinistre victoire en première lecture à l'Assemblée dans sa bataille acharnée pour démanteler la loi Evin.
La libéralisation de la publicité de l'alcool sur Internet prend en otage la santé de toute la population française.
Monsieur le président de la République, madame la ministre, mesdames et messieurs les parlementaires, n'inscrivez pas dans une loi sur la santé une mesure dangereuse, incohérente et irrespectueuse de la majorité des Français, qui favorisera la consommation d'alcool dans notre pays.
François Bourdillon, président de la Société française de santé publique,
Gérard Dubois, porte-parole du Collectif contre la publicité de l'alcool sur Internet,
Claude Got, professeur honoraire,
Michel Reynaud, président de la Fédération française d'addictologie,
Alain Rigaud, président de l'Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie,
Fernand Sauer, membre du Haut Conseil de santé publique, ex-directeur de la santé à la Commission européenne.



commentaires

Afficher plus d'articles

1 2 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog