Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Violence Routière 41 - Bougez autrement à Blois - Bougez autrement dans le val de Loire -

Ce blog associatif, à plusieurs mains, est un espace de débats, d'opinion pour favoriser les "déplacements doux". Il s'agit de "faire savoir à ceux qui savent faire"...avec pour seul objectif "zéro accident" - Ce blog est normalement SANS PUBLICITE, SI C'EST LE CAS C'EST SANS NOTRE ACCORD... (un moteur de recherche est disponible ci dessous à droite sous le mot "contact")

Ils ne manquent pas d'air

Publié le 24 Octobre 2005 par François BOURDILLON et J-Luc CARL dans bougezautrementablois

Rue Bossuet à Blois,

Grosse voiture en stationnement sur le trottoir, de jour comme..

de nuit.... Ici les deux trottoirs ont été accaparés.

Un parking existe  à quelques mètres de la voiture

 (visible en arrière plan)

et il y a toujours de la place

 mais pourquoi y aller ?...

Les 4X4 envahissent l'espace public.

Un mouvement anti-4X4 est en train de se développer en Europe

avec les dégonflés et les flagadas

http://www.anti4x4.net/

http://degonfle.blogg.org/

http://flagadas.blogg.org/

Phénomène identique au rond point Médicis à Blois. 

Ce type d'incivilité peut mettre le piéton de mauvais poil...

 

commentaires

Parcours du combattant en poussette

Publié le 24 Octobre 2005 par b&c dans bougezautrementablois

 

Carrefour Médicis à Blois

 

A l'occasion des travaux sur les trottoirs.

A côté d'une artère où passent plus de 6000 véhicules par jour..

Parcours du combattant, version slalom sur la voie publique.

Sachant que les voitures viennent de derrière, et souvent bien au delà des 50 km/h !

Rien n'a été prévu pour la sécurité des piétons !

Qui est responsable en cas d'accident ?

commentaires

CHU et Poids lourds - Petits trajets au quotidien à Blois

Publié le 23 Octobre 2005 par c&b dans bougezautrementablois

Hôpital de Blois,

Février 2004

CHU de BLOIS -Mettre la pédale douce
Hopital de Blois - Privilégier l'hospitalité

      La ligue contre la violence routière du Loir et Cher a eu connaissance d'un tract diffusé par la CGT du Centre hospitalier de Blois. Ce document relatif à la circulation et au stationnement autour du centre de soins est révélateur de l'histoire du serpent qui se mord à queue.

      La question qui est posée est de savoir s'il faut créer des places de parkings
 supplémentaires ? Comme semblent aussi le penser certains élus blésois...

      Le tract de la CGT déplore: "En effet, l'hôpital de Blois pour se développer et se restructurer face aux besoins, aux évolutions des techniques et des normes a besoin d'utiliser ses surfaces de terrain disponible. Parallèlement l'augmentation de l'activité hospitalière et l'accroissement du parc automobile ont pour conséquence un flux plus important de véhicules  qui dans les conditions actuelles a atteint un seuil de saturation,"

      Les propositions des personnels CGT méritent réflexions:

      Les quatres premières propositions ne feront qu'empirer le problème: "Dégager des places provisoires de stationnement. - Accélération des procédures administratives et techniques pour la réalisation des parkings prévus autour de la blanchisserie. "- "Faciliter l'accès en priorité au stationnement pour les personnels particulièrement le soir".- "Racheter ou louer à EDF-GDF la partie du terrain inutilisé pour en faire un parking supplémentaire".Celà revient à inciter les
automobilistes à prendre davantage leur voiture. Pour s'en convaincre, il suffît d'observer et de comparer les espaces de parkings créés au pont des Granges ou dans la rue Lavoisier (41000 Euros de travaux). Ceci nous semble en totale contradiction avec une politique de santé publique telle que la préconise la dernière campagne du ministère de la santé.

      Les autres suggestions semblent plus réalistes:

 "Enfin et à plus long terme car il ne peut être créé des parkings à l'infini, il est nécessaire que la direction engage très rapidement des démarches pour:
- Demander des aides financières spécifiques aux pouvoirs publics: Département, Région, Etat
- Faire un état des lieux de la domiciliation des personnels hospitaliers dans les différentes communes de l'agglomération blésoise.- Faire en parallèle un descriptif des horaires de travail par nombre d'agents concernés sur la semaine
".

Ces propositions semblent aller vers un PDE ( Plan  de Déplacement d'Entreprise). Une telle expérience a été menée à Grenoble il y a quelques années. Il est également possible de développer le covoiturage. Certaines grandes
entreprises, en créant une bourse d'échange, en font un outil de communication interne.

      - "Rencontrer les élus de l'agglomération des communes pour proposer des navettes de cars en boucle permettant à la majorité des personnels à des tarifs préférentiels et des visiteurs de pouvoir utiliser ce mode de transport en commun. Les horaires devront permettre de prendre ces cars toutes les 1/2 heures voir tous les 1/4 d'heure correspondant aux amplitudes horaires de travail."

Peut-être faudrait-il tirer les enseignements de la mairie (UMP) de Chateauroux
(Voir le Monde du 3 décembre 2002: " Voyage dans les villes qui testent les transports gratuits").

      Enfin: "Cette réflexion devrait s'imposer dans le cadre des projets prioritaires
d'aménagement des transports urbains et périurbains de la commune d'agglomération de Blois
. "

Cette démarche doit en effet s'intéger au PDU (Plan de Déplacement Urbain). Sachant que la circulation automobile augmente, au moins de 5 %, tous les ans à Blois, il y a urgence à mettre la pédale douce (Voir Que Choisir mars 2004 p 30: "Comment se ranger des voitures").

-----------------------------------------------------------------------

Juillet 2004

Ou vont passer les poids lourds ?

 

Deux accès, un depuis le parking de l'école d'infirmière et les urgences: 6m de large, l'autre accès depuis la rue Edouard Blau avec accès direct aux quais de chargement par un portail de 15 m de large... Par ou passeront les camions ?

 

Dans un courrier du 28 juillet 2003 il était pourtant question...d'une municipalité "soucieuse de la tranquillité et de la sécurité des écoliers et des riverains."

en voici le contenu:

Déplacements & Circulation,

OBJET : Projet d'aménagement de la nouvelle Unité Centrale de production alimentaire du Centre Hospitalier de Blois.

Vous avez interpellé la Municipalité et manifesté votre inquiétude, quant au projet d'aménagement de la nouvelle Unité Centrale de production alimentaire du Centre Hospitalier de Blois, en regard de la circulation attendue sur la rue Edouard Blau et les voies du quartier par les camions de livraison.

Soucieuse de la tranquillité des habitants et de leur sécurité, et particulièrement celle des écoliers, nous avons signifié au Directeur de l'établissement, lors d'un récent entretien en Mairie, notre refus du projet en l'état au titre de l'accès des véhicules de livraison, en demandant précisément que ce dernier soit réétudié par la voie de desserte du scanner privé depuis la rue de l'Octroi, voire par une voie spécifique à construire depuis le boulevard des Cités Unies (RN 252).

Concernant par ailleurs le projet de passerelle piétons-vélos prévu au-dessus de la RN 252, sa réalisation, qui ne peut que recueillir un avis favorable de notre commune, est inscrite dans le Schéma Directeur Cyclable du Loir-et-Cher, établi par le Conseil Général, au titre d'une future « voie verte » de liaison entre la Chaussée Saint-Victor et Blois.

Espérant avoir répondu ainsi pleinement à vos attentes,

Le Député-Maire

.................................................................................................................................................

Pour voir le commentaire de VELO41

http://velo41.over-blog.com/article-991157.html

----------------------------------------------------------------------------------

 

Octobre 2005: l'hôpital de Blois pourrait envisager de réaliser un PDE

PLAN DE DEPLACEMENT D'ENTREPRISE

 

 

 

 
commentaires

Loup y es tu ?

Publié le 23 Octobre 2005 par A&c dans bougezautrementablois

Saint Loup sur Cher, des riverains luttent contre les vitesses

On s'éloigne un peu du val de Loire, et pourtant, la situation de ce petit village de la vallée du cher est symptomatique...

 

1: Des riverains sidérés par des comportements routiers découverts dans la région de Romorantin

Saint-Loup, charmant petit village sur les côteaux du Cher, église romane classée.. La douceur de vivre ?

Depuis quelque temps, les incivilités sur la route gagnent du terrain. Des vitesses pratiquées à l’entrée et sortie du bourg bien au-dessus des normes. Une belle ligne droite incitatrice dès la place de l’église franchie. Mais des freinages brutaux  sur la RD51 dans le bourg. Des trottoirs inexistants...

Un entrepreneur, pour éviter un collision frontale, se jette volontairement dans le fossé afin de laisser la route libre à deux automobilistes se coursant.

Des ouvriers des travaux publics frôlés dans la rue principale du bourg.

Des « runs » pratiqués fréquemment sur cette route !!!

 

2: Des accidents:

En 2002, Un jeune automobiliste n’a pas su négocier un virage et a détruit la haie d’une proprieté.

En 2003, dans un carrefour sans visibilité du bourg: un poteau edf adossé à une maison, tombe brutalement suite là aussi à la vitesse excessive d’un véhicule.

Un agriculteur tué le 30 avril 2004.

 

Un Rallye dans le village !

27 mars 2005 jusqu’à 17h30, des voitures du "rallye du Solognot" extrêmement bruyantes ont circulé toute la journée sur cette partie de RD51 traversant le bourg, bien au-delà de la vitesse réglementaire. Les autorités ont été alertées: des voitures de tourisme ont été entraînées par l’allure des voitures du rallye.

(On est pourtant loin du circuit de Magny-Cours !)

Mai 2005

L’Europe ? ou le dysfonctionnement d’un pouvoir qui ne sait pas relayer un chantier prioritaire gouvernemental à 200 kms de Paris, ? A quelques semaines d’un referendum où la France aurait vocation à entraîner l’Europe, à combattre le repli sur soi, comment ne pas être dupe d’une impuissance publique qui consiste à ne pas savoir relayer les messages gouvernementaux à seulement 200 kms de Paris.

A quelques semaines d’un référendum où la France aurait vocation à entraîner l’Europe, à combattre le repli sur soi, comment ne pas être dupe d’une impuissance publique qui consiste à ne pas savoir relayer les messages gouvernementaux à seulement 200 kms de Paris.

Saint-Loup, petit village champêtre surplombant la vallée du Cher, n’a toujours pas reçu, depuis 3 ans, le message d’un chantier prioritaire gouvernemental : la sécurité routière.

Des véhicules roulant à une allure mortifère pour les riverains, cyclistes et piétons sur une départementale traversant le bourg, une rue principale sans trottoir où les piétons se collent au mur pour laisser passer les camions, la vitesse qui a tué un villageois, fait tomber un poteau sur la maison d’une personne âgée, détruit une haie champêtre et continue à tuer, en toute impunité, des animaux.

A cette absence d’actions et d’aménagements maintes fois demandés par les riverains pour diminuer la vitesse sur cette départementale traversant le bourg, la réponse s’est traduite par le spectacle grandiose en bruit et danger d’un rallye vitesse sur cette même route, un beau dimanche de pâques dès potron minet, au mépris de la sécurité des riverains, du danger encouru pour les enfants, personnes âgées, cyclistes et promeneurs.

Il est intéressant de noter également que cette démonstration de la toute-puissance de l’automobile avait lieu 3 jours après la journée nationale de la courtoisie au volant, s’appuyant sur l’idée qu’un brin de civisme et de courtoisie pourrait rendre nos routes plus sûres......

Comment parler d’Europe lorsque des actions mises en oeuvre par le gouvernement telles que les incitations à une conduite paisible, les aménagements, les ralentisseurs, les zones 30 ne sont pas relayées dans un village replié sur lui-même, ne connaissant pas la vitesse réglementaire et qui vit encore à l’époque pompidolienne où la vie était subordonnée à la voiture.

 

Que faire pour réduire la vitesse ?

Voir quelques exemples

- Dans le nord du département Authon

www.Authon.net

Bientôt quelques photos des nouveaux aménagements

- A Blois la rue de bel air

http://ruedebelairablois.over-blog.com

 

- Hors département: oust-Marest

http://www.linformateur.com/news/archivestory.php/aid/1650/Oust-Marest_:_Tout_faire_pour_r%E9duire_la_vitesse.html

 

commentaires

Rue de la Mare: la goutte qui va faire déborder le vase

Publié le 23 Octobre 2005 par b&c dans bougezautrementablois

Rue de la Mare,

dans le quartier des Granges à Blois

Une rue qui tire son nom d'une petite étendue d'eau (à droite de la photo).

 

Ici la rue avant aménagement ... (photo de 2001)

La mare a disparu. L'espace a été transformé en aire de stationnement pour un coût de 80 000 €...

Malgré la création de 40 places de parking, les incivilités n'ont pas cessé !  Les riverains ne cessent de manifester le ras le bol.

La ville de Blois ne cesse de créer des places de parking. Paradoxalement, les automobilistes sont de plus en plus nombreux. La circulation augmente de 2 à 5 % tous les ans.

 

 

commentaires

Saint Gervais la forêt: sécurité et ralentisseurs

Publié le 22 Octobre 2005 par C&b dans bougezautrementablois

Suite au courrier des lecteurs de Mme B dans la Nouvelle République du 28 septembre 2005 , intitulé "sécurité et ralentisseurs", des associations blésoises ont souhaité réagir

 

L’aménagement de circulation à Saint Gervais la Forêt semble plutôt cohérent et logique. Il est d'autant plus appréciable qu'il possède des infrastructures cyclables de qualité.  Le stationnement reporté sur la chaussée libère enfin les trottoirs pour les piétons.


 

 

Comme au sud de Blois, des chicanes et ralentisseurs se développent un peu partout en France et en Europe. Leur efficacité est maintenant reconnue.


 

L'accidentalité est généralement réduite. Les sinistres sont souvent moins graves. Avec un trafic automobile de plus en plus important, la vitesse moyenne des véhicules est de toute façon souvent proche de 30 km/h en ville. Pourquoi se priver d'un outil quand son efficacité est reconnue ? Il est fort à parier qu’ici les chauffeurs de poids lourds soient tentés de se reporter sur la voie dite « rapide ». Les riverains apprécieront le calme. Aujourd'hui cette artère est plus homogène et plus lisible pour ses usagers. Une sécurité structurelle est souvent préférable à une sécurité comportementale.

Tout conducteur sait qu’en ville on ne doit pas dépasser 50 km/h en général et parfois 70 ou 30 km/h, voir moins suivant les cas (pas facile de s’y retrouver !). Mais connaître ne veut pas dire forcément respecter les limitations de vitesse. L'automobiliste peut également être distrait, surtout avec un VIP (Véhicule Inutilement Puissant). il peut être difficile de maîtriser sa puissance avec une voiture ou une moto dite de "sport". Il n’est pas simple de gérer les contradictions dans lesquelles nous mettent les constructeurs.

 

Le risque pour tout conducteur ne doit pas être vu dans le PV mais dans la vitesse. Les plus vulnérables (enfants, personnes handicapées, personnes âgées, cyclistes) apprécient ces aménagements et souhaitent surtout une circulation apaisée, partout.


(un cycliste épanoui photographié le 23 Octobre entre Blois et Saint Gervais) 

 

François BOURDILLON

VELO41

Courrier des lecteurs réponse

Mme B, de Blois« L'article de M. J, de Châtellerault, paru le 13 septembre dernier dans la rubrique" Dialogue ", à propos des ronds-points au centre même des villes m'amène à faire réflexion sur le" slalom" établi sur la route Nationale traversant Saint-Gervais-la-Forêt.

« Aberrant ce plan de circulation... On se demande qui a pu "concocter" un tel plan ! Pour que les automobilistes roulent moins vite paraît-il ? Mais tout bon conducteur sait, par le code de la route, qu'en ville on roule à 50 km/h, sinon il y a infraction.

« Saint-Gervais a un garde champêtre vigilant ! Si tous les villages traversés par une nationale adoptaient ce système, quels frais pour les contribuables, et quelle pagaille... Pour en arriver, sans doute, qu'un jour un automobiliste, même pas pressé peut-être, se tue sur un de ces petits zigzags, surtout que sur cette route il y a des bas-côtés pour un stationnement assez large et la place pour les piétons.»

NDLR. Si les limitations de vitesse étaient respectées et tous les automobilistes prudents, sans doute n'y aurait-il pas eu besoin d'imaginer de tels dispositifs. Les chicanes et autres ralentisseurs ont un objectif de prévention.

 

 

 

 ---------------------------------------------------------------------------------------------

PS: Quelques comportements inciviques sont toutefois à déplorer

 

 

 

 

Ici quelques voitures garées sur la bande cyclable..


 

 

 

 

 

 

 

 

 

commentaires

On parle de Blois à Orléans

Publié le 22 Octobre 2005 par c MB APF dans bougezautrementablois

 

Article à comparer avec le blog http://ruedebelairablois.over-blog.com

notamment la page "la rue de bel air en fauteuil"

 

Handicap : encore le parcours du combattant

Le 17 octobre 2005 - 17:30

À l'heure où l'on parle de la prise en charge des handicapés, un petit tour en ville permet de réaliser qu'il est difficile de circuler et pénible de supporter le regard des gens, pas forcément méchant, mais souvent maladroit.

L'association des paralysés de France vient de lancer une pétition nationale sur la discrimination. Aujourd'hui, Orléans relance l'opération de sensibilisation « Semaine Ville Handicap ». L'occasion de se mettre quelques heures dans la peau de Tony, jeune handicapé moteur de 22 ans qui vit dans un foyer à Orléans. Et de constater.

Direction le tramway que Tony utilise « avec plaisir », explique-t-il. Les quais de la station sont surélevés, en douceur, et la jonction avec la rame bien réalisée. Le fauteuil roulant électrique de Tony s'engage sans problème et les autres usagers s'écartent. « Orléans, c'est une ville pratique, plus aménagée que Blois où je vivais avant », explique notre homme.
explique notre homme.
Pas de cinéma : « On n'a que des escaliers ! »
Pourquoi ne pas faire un tour au cinéma? Pas possible, « on n'a que des escaliers », lâchent les guichetiers du Sélect. Tant pis. On va se balader, c'est sympa aussi. Et c'est là que l'on se rend compte à quel point le moindre trou oblige Tony à freiner, passer les deux premières roues puis les deux de derrière. Voire à s'engager en arrière. C'est là que l'on réalise aussi que la plupart des boutiques sont précédées d'une marche, voire de deux. « Dans ce cas, j'y vais pas », lâche Tony. Un trottoir haut, et ils sont nombreux, et celui-ci est obligé de rouler sur la route, de rallonger le trajet pour trouver une ouverture.

Sans parler des pavés, « ça secoue ». De l'ascenseur près de la gare, en panne. Ou des distributeurs automatiques de billets. Au premier, Tony se casse le nez : « Trop haut, c'est râpé ! » « Distributeurs accessibles à toutes cartes », peut-on lire sur la vitrine. Oui, mais pas à toutes les personnes visiblement Et le problème, c'est qu'il faudra attendre le sixième DAB pour que la main de Tony puisse enfin atteindre, après pas mal de manoeuvres, la fente dans laquelle on glisse la carte bancaire. Et ce n'est pas le seul exemple. Des détails pour les valides, mais une plaie quotidienne pour les autres.

« Mais je me fais souvent aider, précise Tony, notamment quand je fais mes courses, pour attraper quelque chose dans le rayon. Les gens sont sympas en général. » Sympas, mais la plupart des passants ne peuvent pas s'empêcher de poser un regard lourd, dérangeant, et parfois même insistant, sur Tony qui progresse dans son grand fauteuil. « Oui, les gens regardent toujours la personne en fauteuil roulant, regrette ce dernier.C'est pas encore fini ce truc-là. Quelquefois, ils me regardent comme si j'étais une curiosité. C'est pesant à la longue. Il y a des jours où je m'en fiche, mais d'autres où ça m'énerve. On est handicapés, mais pas pestiférés ! Une fois, dans le tram, une dame et son fils se sont dépêchés d'aller plus loin quand je suis entré dans la rame. Je ne sais pas si c'était parce que je les dérangeais ou pour me mettre à l'aise. Il y a une gêne, ce n'est pas forcément méchant, mais c'est dommage. Je préférerais un sourire. » D'où l'intitulé de la pétition en cours : « Changeons de regard. »

Une semaine d'actions, un livre et une pétition
La ville d'Orléans reconduit donc dès aujourd'hui et jusqu'à vendredi, sa « Semaine Ville Handicap » : conférences, expositions, témoignages, contacts avec les associations ou portes ouvertes rythmeront ces cinq jours. Un programme qui associe également le centre d'aide par le travail d'Artenay, avec un accueil des scolaires et une animation « ferme pédagogique », mercredi.
En parallèle, l'APF, association des paralysés de France vient de publier le livre d'Anne Kerloc'h, « Handicap : Silence, on discrimine » (15€, Le Cherche-Midi).

Et elle a mis en ligne sur son site, www.apf.asso.fr, une pétition, sur le thème :
« Stop à la discrimination, changeons de regard. »

Marie Belhomme

http://www.larep.com/fait_semaine.php?art=337

 

commentaires

Ils ont eu l'Alsace et la Lorraine

Publié le 21 Octobre 2005 par CARL dans bougezautrementablois

Quelques clichés pris dans la rue Alsace-Lorraine à Blois, juste derrière la Préfecture ! Tous les soirs, à la sortie des classes, les trottoirs disparaissent sous une armée de voitures dont une floppée de 4X4 !!! L'espace public accaparé par le privé ?

Les 4X4 envahissent la ville

Invasion des 4X4 ! comment survivre ?

http://www.tsr.ch/tsr/index.html?siteSect=600001&sid=4488137

En terme de savoir vivre, quelques régles élementaires vont devoir être revues

Le trottoir étant suffisamment large, il y aurait largement de la place pour créer un contre sens cyclable

 ---------------------------------------------------

Bonus

Les conducteurs de 4X4 deux fois plus dangereux

20Minutes.fr | 03.01.07 |

Ils les cumulent. Non seulement ils polluent davantage mais les propriétaires de 4X4 conduisent également plus dangereusement que les autres automobilistes. C’est la conclusion d’études du comportement rapportées dans la revue britannique New Scientist à paraître samedi.
Selon une étude publiée par le journal professionnel néo-zélandais Transportation Research et menée sur 1.196 chauffeurs de berlines ordinaires et de 4X4, ces derniers avaient 55% plus de chances de conduire avec une seule main sur autoroute. «Se trouvant dans de grands véhicules, plus hauts, les chauffeurs de 4X4 pensent qu'ils sont plus en sécurité et leur perception du risque est atténuée», estime dans New Scientist Jared Thomas, du Laboratoire des sciences du comportement Opus à Wellington.


En 2006, une étude britannique avait conclu que près d'un conducteur de 4X4 sur 12, à Londres, utilisait son téléphone portable au volant, soit quatre fois plus que les autres. Pas étonnant que le chanteur pop britannique George Michael ait embouti trois voitures avec son 4x4, en avril 2006. Par ailleurs, près de 20% ne mettaient pas leur ceinture de sécurité, contre 15% pour les autres.
Le British Medical Journal (BMJ) avait demandé en 2005 que les 4X4 portent à l'extérieur un signe prévenant les piétons du danger qu'ils représentent. Le risque de mourir lorsqu'on est renversé par ce type de véhicule parfois équipés de pare-buffles est en effet près de deux fois plus important que pour une autre automobile, selon la revue médicale.

 

commentaires

Le Carrefour du Pont des Granges à Blois

Publié le 21 Octobre 2005 par B&C dans bougezautrementablois

Le carrefour de pont des Granges à Blois

(Dans le secteur de la Garenne, secteur des Granges)


Le carrefour fait le lien entre la rue Pierre de Ronsard, la rue Bégon,  la rue de la Mare (A gauche). La photo a été prise en 1997 avant la démolition de la maison à gauche. Depuis cet espace a été transformé en parking pour 12 véhicules ! Pour quel résultat ?


 

A comparer avec un cliché actuel.


La maison du XIXe siècle a été rasée (Le four à pain enterré),

 au profit (?) d'un vaste parking....

 

A l'époque, des riverains se plaignaient des voitures-ventouses...


La traversée du passage piéton est particulièrement longue, donc potentiellement dangereuse. Des solutions existent pourtant

Qui a pu écrire le 21 novembre 2003 ?

"A l'occasion de la Réunion Publique du Conseil de votre quartier, vous nous avez fait part des différents problèmes que vous avez pu constater dans votre quartier.Nous tenons à vous informer que votre demande : Concernant le danger du carrefour (pont des Granges) pour les piétons en particulier pour les traversées de chaussées mais aussi des voitures sur les trottoirs et passage devant la boulangerie délicat du fait du stationnement anarchique, a été transmise à M......, qui ne manquera pas de vous tenir enformé de toutes les démarches effectuées. Le service «Vie des Quartiers» reste à votre entière disposition pour toutes informations.."


Cette doléance avait déjà été formulée en Novembre 1997 par des parents d'élèves de l'école Raphaël PERIE. L'enquête avait fait l'objet d'une publication par voie de presse le 18 février 1998: "Circulation: les parents s'expriment". L'ensemble de ce travail avait été présenté à un élu en 2001, sans résultats à ce jour... (mai 2009 !)



Il semblerait même, que la situation ait tendance à empirer..

Ici une voiture du 9.5. stationnée dans le carrefour !



La rue Bégon en 2003.  Au premier plan, des automobilistes mal garés mettent les plus vulnérables en danger. En arrière plan, un nouveau parking saturé de voitures.. (12 places parfois plus de 15 véhicules...)

-----------------------------------------------------------------------

pour voir la rue Bégon dans l'autre sens

 

commentaires

les basketteurs de l'ADA sont encore de la fête

Publié le 20 Octobre 2005 par CARL dans bougezautrementablois

Le match du 14 octobre a du avoir lieu rue Franciade sur le trottoir ! 21 octobre match Blois-Longwy, Blois l'emporte avec 17 voitures garées sur le trottoir rue Franciade.

 

Des voitures de sportifs stationnées en continue depuis la rue des Ecoles jusqu'à la rue Lavoisier !


A 200 mètres de là (c'est long 200 mètres pour un sportif, vous ne pouvez pas vous imaginer !) un parking à moitié vide près de l'école Raphaël Perié

Même constat avenue de Chateaudun, où des places sont encore vacantes. (photo du 14 ocotbre). Idem le 21 octobre.


Il est possible d' écrire directement au club de basket ADA

mais le problème ne sera pas résolu pour autant.

Les sportifs ont d'autres valeurs..


 

Ce problème est récurrent pour toutes les manifestations sportives, publiques (14 juillet) et culturelles et cutuelles.

commentaires
1 2 3 > >>