Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Violence Routière 41 - Bougez autrement à Blois - Bougez autrement dans le val de Loire -

Ce blog associatif, à plusieurs mains, est un espace de débats, d'opinion pour favoriser les "déplacements doux". Il s'agit de "faire savoir à ceux qui savent faire"...avec pour seul objectif "zéro accident" - Ce blog est normalement SANS PUBLICITE, SI C'EST LE CAS C'EST SANS NOTRE ACCORD... (un moteur de recherche est disponible ci dessous à droite sous le mot "contact")

Amboise et sa "zone de rencontre" au pied du mur. Les cyclistes voudraient pouvoir circuler dans les deux sens.

Publié le 19 Novembre 2014 par GR&c in zone de rencontre, loire à vélo à pied !

 Les cyclistes n'auraient pas le droit d'aller dans les deux sens malgré la zone de Rencontre !

Les cyclistes n'auraient pas le droit d'aller dans les deux sens malgré la zone de Rencontre !

La Place Michel-Debré, au pied du château, à Amboise est à sens unique. Les cyclistes n'auraient pas le droit d'aller dans les deux sens malgré la zone de Rencontre !  Cette rue est pourtant sur le linéaire de l'itinéraire européen "Loire-à-Vélo" (EUROVELO6)

Cette situation semble inadaptée face aux enjeux actuels visant à favoriser les déplacements actifs, et par ailleurs non-conforme avec les textes du Code de la Rue : double sens cyclable ordinaire en Zone 30 et automatique en Zone de Rencontre

Ce secteur (avec la rue Victor-Hugo qui conduit à la demeure de Léonard de Vinci) à forte fréquentation touristique pourrait bénéficier d'un accès restreint (ouverts aux seuls riverains par exemple).

Amboise et sa "zone de rencontre" au pied du mur. Les cyclistes voudraient pouvoir circuler dans les deux sens.

Amboise se situe sur l'itinéraire de la Loire-à-Vélo. Le parking à vélos sur la place Michel-Debré est d'ailleurs régulièrement saturé en haute saison.


Par ailleurs, Amboise est aussi à l'extrémité d'une variante venant de Chaumont et filant vers Chenonceaux pour rejoindre Bléré et Dierre avant d'atteindre Amboise. Une convergence donc...

 

L'hyper-centre, outre les difficultés de circulation automobile reçoit un important flot de touristes à pied (stationnant en divers endroits de la ville). Ces piétons n'ont pas, bien souvent des trottoirs décents pour circuler, ce qui implique un abaissement sévère de la vitesse, de 50 à 30 km/h comme vivement souhaité dans la rue de Choiseul.


Dans la rue François Ier qui relie les quais à la place du Château la circulation automobile est une gêne permanente pour tous, et il faudrait rapidement réduire ce trafic.


Même constat dans la rue Victor-Hugo qui conduit au Clos-Lucé, la demeure de Léonard de Vinci. Les cyclistes sont donc invités à faire un détour en traversant un parking.

Les résidents cyclistes des quartiers hauts (Victor-Hugo, Malonnière et Châteliers) ont d'ailleurs besoin de ces doubles sens quand ils travaillent au nord vers la gare ou Nazelles-Négron.

 

D'ailleurs une rapide observation du matin pour les résidents et de l'après-midi pour les touristes démontre l'inadaptation de l'actuelle situation : tous franchissent le sens interdit, au risque de se voir  infliger une forte amende (135 €). Les touristes étrangers habitués aux double-sens cyclables sont souvent surpris.

Amboise et sa "zone de rencontre" au pied du mur. Les cyclistes voudraient pouvoir circuler dans les deux sens.

Les touristes à vélo  cherchent aussi à se rendre au cœur de ville pour se reposer ou visiter. Des personnes sortent de la visite du Clos-Lucé et cherchent les commerces locaux. Des voyageurs viennent de Mosnes et descendent par la rue Léonard-Perrault.

Les cyclo-touristes dépensent d'ailleurs  plus sur place que les touristes motorisés.

Les double-sens cyclables abaissent fortement la vitesse des véhicules,d'où une moindre d'accidentalité dans les secteurs apaisés. De cet aménagement émerge une atmosphère plus calme, plus détendue, propice aux achats dans les commerces de proximité.

 

La Zone de Rencontre implique une hiérarchie des déplacements (panneau B52) De nombreux touristes estiment se sentir dans un stress important par l'absence fréquente de trottoirs et une pression motorisée insistante. Des cyclistes et des piétons ont aussi un sentiment d'insécurité.

Commenter cet article