Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Violence Routière 41 - Bougez autrement à Blois - Bougez autrement dans le val de Loire -

Ce blog associatif, à plusieurs mains, est un espace de débats, d'opinion pour favoriser les "déplacements doux". Il s'agit de "faire savoir à ceux qui savent faire"...avec pour seul objectif "zéro accident" - Ce blog est normalement SANS PUBLICITE, SI C'EST LE CAS C'EST SANS NOTRE ACCORD... (un moteur de recherche est disponible ci dessous à droite sous le mot "contact")

Résultat pour "téléphone"

Téléphone au volant

Publié le 9 Mai 2011 par rep du centre &c dans Grande cause toujours

La "République du centre" propose un sondage en ligne

Faut-il interdire le téléphone au volant ?

 

  Il est encore possible de donner son point de vue et de voir le résultat du vote:

c'est par ici

 

 

conducteur US distrait[1]

 

Et le SMS au volant !!!

commentaires

Pocket Radar

Publié le 31 Mars 2012 par b&c dans Innovation

Pas plus grand qu'un téléphone portable

et particulièrement rapide pour faire un diagnostic

 

2012-03-30-Blois-test-pocket-radar-jpg

 

Le pocket radar est en action actuellement dans le val de Loire.

commentaires

Téléphone au volant

Publié le 29 Novembre 2008 par lcvr&c dans Tabou

Le téléphone au volant

 

 

L'utilisation d'un téléphone portable au volant a des effets sur la conduite qui sont comparables à ceux de l'alcool.

 

 

 

Les chercheurs du centre d'imagerie cérébrale de l'université Carnegie Mellon de Pittsburgh (Etats-Unis) ont découvert que l'attention d'un automobiliste sur sa conduite chute de plus d'un tiers au cours d'une conversation téléphonique en « mains libres ».

 

Entretenir une conversation par téléphone en conduisant entraîne une dégradation de la vigilance et des performances. L’Institut national de recherche sur les transports et leur sécurité (Inrets) a récemment conclu un cycle d'essais qui montre :

 

- une forte baisse du potentiel de traitement de l'information (ex -4% pour l'écoute de la radio mais -28% à -34% par téléphone selon les types de conversation. Et -41% quand on est obligé de faire du calcul mental tout en téléphonant).
- le temps de réaction augmente de 50% en téléphonant. Il en ressort que les conducteurs téléphonant avec le mobile à la main ou via le kit mains libres mettent plus de temps à freiner.

 

Une récente étude épidémiologique australienne (McEvoy et S.P. Stevenson -2005) a montré un risque d’accident lié à l’utilisation du téléphone multiplié par 4,9 pour le téléphone tenu en main et 3,8 pour l’utilisation kit mains-libres.  Les chercheurs ont conclu que parler au téléphone en conduisant équivaut sur le plan comportemental au volant à avoir à peu près dans le sang le taux d'alcool juste supérieur au taux sanctionné par la loi.

 

L'Observatoire interministériel de la sécurité routière révèle que :

- l’utilisation du téléphone portable au volant est très fortement liée avec l’âge : les 18-24 ans reconnaissent à 64% téléphoner au volant, les hommes de moins de 40 ans et les actifs sont surreprésentés ; les plus de 50 ans reconnaissent à 21% téléphoner au volant.

- 2,4% des conducteurs téléphonent dans la circulation à un instant donné,

- une communication téléphonique dure en moyenne 3mn, et la distance moyenne parcourue pendant cet appel est de 4 km,

- la fréquence d’appel a été estimée à un appel tous les 67 km au cours d’une journée en semaine, et un appel tous les 111 km au cours du week-end.

 

Enfin l’ONISER estime que la réduction du nombre des accidents, si aucun conducteur ne téléphonait en conduisant, serait de 7 à 8% des accidents. Ainsi on peut estimer qu’en 2006 la mort sur la route de 350 personnes est liée à l’usage d’un téléphone portable par le conducteur d'un véhicule en circulation :

- 190 attribués au téléphone tenu en main,

- 160 attribués au kit mains-libres.

 

En résumé, au volant le téléphone c’est

une augmentation significative des temps de réaction,

une augmentation de la charge mentale,

une altération de l’attention allouée à la conduite,

une moins bonne appréciation et perception des situations,

une certaine fixité du regard.

 

Un sondage effectué par TNS Sofres et l’AFOM (Association Française des Opérateurs Mobiles) les 24 et 25 août 2005 montre que 83% de Français pensent que le fait de téléphoner au volant constitue un danger même si l’on dispose d’une oreillette ou d’un kit mains-libres

 

Résumé :

Plus de 52 millions de français possèdent un téléphone portable. 

44% des conducteurs possédant un téléphone mobile déclarent l’utiliser en conduisant Le risque est multiplié par 4 lorsque l’on téléphone au volant, même en utilisant un kit mains-libres. On estime à 2,4% la part des conducteurs téléphonant dans la circulation à un instant donné.

L’usage du téléphone en conduisant entraîne 7 à 8% des accidents (350 tués). L'utilisation d'un téléphone portable au volant a des effets sur la conduite qui sont comparables à ceux de l'alcool. L’article R 412-6-1 du code de la route ne permet de sanctionner d’une contravention et d’un retrait de deux points que l’usage du téléphone tenu en main

 

La Ligue contre la violence routière souligne l’incohérence de cette réglementation qui, pour des raisons de sécurité, permet de sanctionner l'usage du téléphone tenu en main, mais n'autorise pas de sanctionner l’utilisation du kit mains-libres qui, cependant, présente les mêmes risques. Car l’usage du téléphone, mains libres ou pas, mobilise les mêmes facultés cérébrales que celles qui sont nécessaires à la conduite.

 

Nos propositions :

Étendre l’interdiction de l’usage du téléphone portable par le conducteur d'un véhicule en circulation au kit mains-libres (y compris les dispositifs installés dans les véhicules)

commentaires

Combien de temps pour trouver un portable ?

Publié le 24 Mai 2011 par telematica&c dans Grande cause toujours

Un jeu en ligne permet tester votre réactivité.

Combien de temps allez vous mettre pour trouver le téléphone ?

N'oubliez pas de mettre le son.

 

trouvez le téléphone.

 

Le test est en ligne par ici 

 

 

commentaires

Handi (téléphone) au volant - dites le avec les mains...

Publié le 4 Avril 2016 par Client: New Zealand Transport Authority Agency: Clemenger BBDO Executive Creative Director: Brigid Alkema dans téléphone, handi, Grande cause toujours

spot néo-zélandais pour lutter contre le téléphone au volant - vaste programme.

commentaires

Abstenez vous de téléphoner inopinément à celui qui conduit

Publié le 23 Octobre 2014 par es&c&cp dans téléphone au volant

"la campagne va plus loin que le seul – et nécessaire - appel à la vigilance du conducteur ; elle vise aussi à interpeller l’entourage de l’automobiliste au travail, sa famille, ses amis, ses collègues, son responsable… afin que ceux-ci, en s'abstenant de téléphoner inopinément par exemple, évitent de faire prendre un risque supplémentaire à la personne qui conduit. "No es necesario estar en la carretera para provocar un accidente" (2) est ainsi l’autre message de la campagne. "

Texto au volant -

commentaires

Allô !

Publié le 5 Octobre 2008 par JML&c&co

D'une part :
Dans un jugement, en date du 18 septembre, au nom du principe de
précaution, Bouygues Telecom a été condamné par le Tribunal de Grande Instance de Nanterre (Hauts-de-Seine) à démonter une antenne relais de téléphone mobile à Tassin-La-demi-Lune (Rhône) pour «risque potentiel sur la santé». Le TGI de Toulon condamne Bouygues Telecom à enlever ses installations en vertu du principe de précaution - 20/03/2006: Principe de précaution, troubles du voisinage - le TGI de Grasse condamne SFR à déplacer son antenne (2003 - 2004)


2 - D'autre part :
Des études ont montré un risque d’accident lié à l’utilisation du  téléphone multiplié par 4,9 pour le téléphone tenu en main et 3,8 pour  l’utilisation kit mains-libres.
L’ONISER (Observatoire National de Sécurité Routière) estime que la  réduction du nombre des accidents si aucun conducteur ne téléphonait en  conduisant serait de 7 à 8% des accidents. Ainsi on peut estimer qu’en  2006 la mort sur la route de plus de 350 personnes est liée à l’usage  d’un téléphone portable par le conducteur d'un véhicule en circulation :
190 attribués au téléphone tenu en main et 160 attribués au kit  mains-libres.
Le risque téléphone en situation de conduite avec un kit mains libres  est donc parfaitement identifié et documenté : sur risque 3,8 et 160  tués en 2006


Dans la première situation, l'exposition à un risque hypothétique  suffit, au nom du principe de précaution, pour interdire les relais de  téléphone mobile.
Dans la seconde situation, le risque "téléphone avec un kit mains libres  en situation de conduite" est parfaitement documenté et identifié et  néanmoins le fait de téléphoner avec un kit mains libres en situation de  conduite n'est pas interdit.
 


commentaires

Pour que l’interdiction du téléphone au volant soit respectée, il faudrait mener systématiquement après un accident mortel une enquête auprès des opérateurs téléphoniques

Publié le 30 Novembre 2012 par nobs&cp&c dans Tabou

Téléphone au volant : 400 morts par an, le kit mains libres est aussi responsable


Modifié le 30-11-2012 à 09h29 LE PLUS. Le Conseil de la sécurité routière, réinstauré par Manuel Valls le 27 novembre, ne se prononcera pas seulement sur les éthylotests. En réclamant une interdiction totale du téléphone au volant, la Ligue contre la violence routière ouvre un autre débat. Sa présidente, Chantal Perrichon, explique pourquoi elle souhaite que le port de l'oreillette soit également prohibé.


Édité par Daphnée Leportois  


Dès que nous prenons la parole pour demander une interdiction de toute pratique téléphonique au volant, téléphone en main ou kit mains libres, certains de nos interlocuteurs ont tendance à nous rappeler qu’écrire des SMS en conduisant est bien pire. Certes, mais cette pratique des SMS ne doit pas occulter les dangers de l’appel téléphonique. Ce ne sont pas uniquement les SMS qui tuent 400 personnes sur les routes chaque année, mais bien l’usage généralisé qui se voudrait banal du téléphone au volant.
Mais là encore, peu de conducteurs se rendent compte de la dangerosité de cet usage de plus en plus répandu : pour les utilisateurs de kit mains libres, le conducteur le plus dangereux, c’est celui qui colle son téléphone à l’oreille ; pour celui qui a le téléphone en mains, le danger vient de celui qui conduit et envoie un SMS en même temps !
L’homme n’a pas un cerveau pour conduire, un autre pour téléphoner
On nous présente les résultats d’études américaines dites "naturalistiques", mais par qui sont-elles financées ? C’est la première question qu’il convient de poser. S’agit-il de rapports commandés par des lobbies qui affirment que la simple conversation téléphonique au volant n’augmente en rien le risque d’accident ? Nous souhaiterions obtenir l’étude dans son intégralité pour étudier les biais qu’elle peut comporter, car il existe parfois une ou deux études qui vont à l’encontre des conclusions scientifiques majoritaires, quand des intérêts économiques sous-jacents sont présents : ainsi les pseudo-études sur la non-dangerosité du tabac et la non-nocivité de l’amiante…
Notre demande s’est d’abord fondée sur les études internationales dont nous avions eu connaissance. Les conclusions étaient sans appel : pour le téléphone tenu en mains, risque multiplié par 4,9 et, pour le kit mains libres, risque de 3,8.  À la suite de l’expertise collective menée en France, l’étude "Téléphone et sécurité routière", menée en 2011 par l’Inserm et l’Ifsttar, le risque retenu a été de 3 (identique dans les deux cas, et donc supérieur à celui du cannabis). Les Français n’ont qu’un cerveau – et non l’un pour conduire et un autre pour téléphoner. Il vaudrait donc mieux que ce cerveau soit entièrement dédié à la conduite !


Nous ne souhaitons pas interdire pour interdire, mais parce que nous nous trouvons face à un problème de santé publique majeur, qui provoque environ 400 morts par an. Parler à un passager n’est pas équivalent à un appel téléphonique : lors d’une situation qui risque de devenir accidentogène, le passager, dans la voiture, se tait ; la personne au téléphone ne partage pas la même situation que celle du conducteur et peut insister, accaparer une partie de son attention à un moment critique, à la seconde même où le conducteur doit prendre une décision. C’est ce qui peut faire passer d’une situation de presqu'accident à un accident.
Comme pour le port de la ceinture, nous ne baisserons pas les bras
Il faut cesser de nous dire qu’il serait illusoire d’appliquer une telle interdiction puisque l’usage du téléphone au volant se généralise. Nos principes, nos convictions nous interdisent de baisser les bras. Il faut dès aujourd’hui avoir le courage de dire non pour le téléphone au volant.
Lorsque la Ligue contre la violence routière a été créée en 1983, nous nous sommes battus pendant sept ans pour que la ceinture soit obligatoire à l’arrière. On nous disait alors que l’on devait se contenter de l’obligation à l’avant, que c’était dans les mœurs… Nous nous sommes également battus pour que des dispositifs spéciaux pour les enfants soient rendus obligatoires, comme les lits nacelles ou des sièges ad hoc. On nous opposait le même type d’arguments. Qui voudrait maintenant revenir en arrière ? Ce sont des dizaines de milliers de vies qui ont été ainsi sauvées !


Quant au caractère latin des Français, sous-entendu peu obéissants, parlons-en. Le contrôle-sanction automatique (les radars) a modifié en partie leurs comportements. La probabilité d’être contrôlé ayant augmenté, la vitesse moyenne dans notre pays a baissé de 10 km/h en quelques années et, depuis 2002, plus de 36.000 vies ont été sauvées en France (la majorité de ce succès est dû aux radars) [1].


Pour que l’interdiction du téléphone au volant soit respectée, il faudrait mener systématiquement après un accident mortel une enquête auprès des opérateurs téléphoniques : l’utilisation du téléphone au moment du drame pourrait exonérer les assureurs de leurs obligations. Les pouvoirs publics se doivent d’agir au plus tôt. Ce serait le signe que nous vivons dans un pays civilisé, où une vie a plus de valeur qu’une communication téléphonique. Ces morts sur la route sont des morts évitables !
Propos recueillis par Daphnée Leportois.
---------
[1] Si la mortalité s'était maintenue au niveau de mai 2002, 87.167 personnes auraient perdu la vie sur les routes. Il suffit de faire la différence entre le nombre de tués qui aurait été observé depuis mai 2002 si la mortalité sur les routes était restée stable. 8.368 tués pendant les 12 mois qui ont précédé mai 2002 représente une moyenne de 697,33... tués par mois. 125 mois se sont écoulés depuis mai 2002 (10 ans et 5 mois, de mai 2002 à septembre 2012). 697,333 x 125 = 87.167 tués. Le nombre de tués depuis mai 2002 a été de 50.849. La différence est de 36.318

 

Source Nouvel obs

 

 

2012-11-09-Paris-telephone-au-volant.JPG

Un VIP (Véhicule Inutilement Puissant) avec un conducteur en train de téléphoner au volant. ..

 

 

Spot de 2009 Généralité de Catalogne

 

commentaires

TSF

Publié le 31 Mars 2009 par L14JML&c dans Tabou

Le téléphone mobile

Précaution élastique ?

Le Tribunal de Grande Instance de Grasse le 17 juin 2003 condamne au nom du principe de précaution SFR à démonter des antennes. Le 8 juin 2004, la Cour d’Aix en Provence confirme ce jugement.

Le 18 septembre 2008, le Tribunal de Grande Instance de Nanterre condamne, pour «risque potentiel sur la santé», Bouygues Télécom à démonter des antennes. Le 4 février 2009, la Cour d'Appel de Versailles confirme ce jugement.

Le 16 février 2009, le Tribunal de Grande Instance de Carpentras condamne SFR à démonter une antenne en raison de son impact sanitaire incertain.

Le 6 mars 2009, le Tribunal de Grande Instance d’Angers notifie à Orange l’interdiction d’installer ses antennes relais près d’une école.

Tous les opérateurs ont été condamnés au nom du principe de précaution, c'est-à-dire au motif de risques probables, non encore confirmés scientifiquement.

Prévention
Des études américaine, australienne et française ont montré que l’usage du téléphone, mains libres ou pas, mobilise les mêmes facultés cérébrales que celles qui sont nécessaires à la conduite. Les chercheurs ont conclu que parler au téléphone en conduisant équivaut sur le plan comportemental au volant à avoir dans le sang un taux d'alcool supérieur au taux sanctionné par la loi.

Une étude épidémiologique australienne évalue ce surrisque d’avoir un accident corporel lorsque l’on téléphone au volant en conduisant à 4,9 pour le téléphone tenu en main et 3,8 pour l’utilisation kit mains-libres.
Par mesure de prévention l'usage du téléphone tenu en main est sanctionnable (article R 412-6-1 du code de la route). Mais le kit mains-libres qui présente lui aussi des risques avérés est autorisé et cependant il est la cause de beaucoup de tués tous les ans sur nos routes.

Conclusion
Dans la première situation, l'exposition à un risque hypothétique suffit pour interdire les relais de téléphones mobiles.
Dans la seconde situation, le risque "téléphone avec un kit mains-libres en situation de conduite" parfaitement documenté et identifié, et qui cause des morts, ne suffit pas pour interdire cette pratique.

Ainsi s’en va la vie !
commentaires

De plus en plus de piétons renversés à cause du portable

Publié le 17 Juillet 2013 par fig&c

Pendu au téléphone

Pendu au téléphone

Écrire un texto en traversant la chaussée : aussi banal qu'imprudent, ce geste du quotidien envoie chaque année des milliers de piétons à l'hôpital.

On l'oublie trop souvent, mais utiliser son téléphone portable en marchant expose à un risque accru d'accidents de la circulation....

source: Le Figaro « Santé » 04/07/2013 Marie-Noëlle Delaby

Blois - rue du Limousin

Blois - rue du Limousin

commentaires
1 2 3 4 5 6 7 8 > >>