Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Violence Routière 41 - Bougez autrement à Blois - Bougez autrement dans le val de Loire -

Ce blog associatif, à plusieurs mains, est un espace de débats, d'opinion pour favoriser les "déplacements doux". Il s'agit de "faire savoir à ceux qui savent faire"...avec pour seul objectif "zéro accident" - Ce blog est normalement SANS PUBLICITE, SI C'EST LE CAS C'EST SANS NOTRE ACCORD... (un moteur de recherche est disponible ci dessous à droite sous le mot "contact")

Résultat pour ""patte d'oie"'"

Un aménagement à 23 millions € a été utilisable une seule fois pour des modes de "déplacements doux" (déviation de Cellettes au sud de Blois).

Publié le 18 Octobre 2016 par c dans Peut mieux faire, Cellettes, RD, aménagement

Inauguré en octobre 2016 et interdit aux agriculteurs, aux exploitants forêstiers et aux cyclistes.

Inauguré en octobre 2016 et interdit aux agriculteurs, aux exploitants forêstiers et aux cyclistes.

Un aménagement à 23 millions € a été utilisable une seule fois pour des modes de "déplacements doux" (déviation de Cellettes au sud de Blois).
Un aménagement à 23 millions € a été utilisable une seule fois pour des modes de "déplacements doux" (déviation de Cellettes au sud de Blois).

Déviation : un "moment historique" pour Cellettes...[...] Ces aménagements permettent désormais de désengorger le centre-bourg qui dénombrait 15 000 passages de véhicules par jour, dont un bon millier de camions...[...] la déviation de Cellettes va changer le quotidien de milliers de Loir-et-Chériens"...

radio plus fm

Ces aménagements vont-ils permettent désormais de désengorger le centre-bourg ? Vont ils limiter le nombre de sinistres ?

Maurice Leroy

commentaires

Elections législatives : 2me réponse (Maurice Leroy)

Publié le 13 Juin 2012 par ml&c dans Ouvrage de référence

 

Voici la réponse du 4 juin 2012 de Mr Maurice LEROY, Député de Vendôme   à notre courrier du 3 juin

 

 

 

Tout d'abord, permettez-moi de vous dire que, tout comme vous, je place la lutte contre l'insécurité routière en tête de mes priorités.

Dans votre courriel vous déplorez que « notre département comporte de nombreuses routes secondaires, routes rurales qui voient depuis quelques années un accroissement de la circulation, des véhicules de plus en plus lourds inaptes à ce réseau ».

C'est pourquoi, le Conseil Général, depuis 2007, a précisément investi sur la sécurisation de son réseau à hauteur de 100 M€ et 6,5 M€ en subvention de travaux communaux.

Ainsi, quand nous réalisons les déviations de Vendôme, Cellettes ou les Roches- L'Evêque, nous détournons le trafic des poids-lourds qui y transitent et sécurisons les traversées des centres-bourgs.

Il en va de même de la sécurisation d'un nombre important de carrefours (Epuisay, les Lombardes à Cormeray, la traversée de Clénord, Lestiou, Avaray...).

N'oublions pas la sécurisation des dépassements, enjeu majeur, avec les mises à 2x2 voies de la RD 957 entre Blois et Vendôme et entre le giratoire de la Patte d'Oie à Saint-Gervais et Clénord, par exemple.

Je ne puis que regretter que l'exécutif socialiste du Conseil régional, sous la pression des écologistes, ait décidé depuis plusieurs années maintenant, de ne plus accompagner nos efforts de sécurisation routière.

 

Parallèlement, depuis la mise en place de la tarification unique à 2 €, en septembre 2009, sur notre réseau de transports en commun Route 41, nous avons quasiment multiplié par 3 la fréquentation, contribuant ainsi à l'amélioration de la sécurité routière, les transports en commun étant beaucoup plus sûrs. La matérialisation de 1 200 points d'arrêts des transports scolaires contribue également à cette sécurisation.

Sachez que le Conseil Général accompagne également financièrement les communes dans leur projet de sécurité routière, soit par le biais de la Dotation de Solidarité Rurale, que j'ai mise en place en 2010, soit par des subventions au titre des amendes de police, ou des financements spécifiques, à l'instar de celui de la déviation de Mer.

Complémentairement, le pôle voirie de SVP Communes, service spécifique que j'ai créé il y a maintenant deux ans, apporte gratuitement une assistance à la maîtrise d'ouvrage des petites communes pour leurs opérations de sécurité routière.

Enfin c'est grâce à mon action déterminée que la RN 10 est restée dans le giron de l'État, lui seul étant en capacité de supporter les investissements nécessaires à sa sécurisation.

D'ailleurs, je ne suis pas étranger, aux côtés de Jean Izembard, aux travaux qui y ont été réalisés (déviation de Lisle-Pezou, notamment) ou qui vont l'être, même si, j'en ai bien conscience, des améliorations substantielles restent à faire.

Vous le constatez, le Département investit massivement dans la lutte contre l'insécurité routière, ce qui explique que nos infrastructures ne sont jamais mises en cause.

Concernant les contrôles, je tiens à porter à votre connaissance que j'ai toujours veillé à ce que les radars automatiques soient bien implantés dans les zones potentiellement accidentogènes.

 

C'est à la suite d'une intervention appuyée de ma part qu'il en a été installé dans les traversées du Breuil, sur la RD 957 et à Clénord sur la RD 765.

Pour autant, les décès et les accidents corporels restent trop nombreux, ce que bien sûr tout comme vous je déplore.

Soyez assuré que ma mobilisation reste intacte.

Veuillez agréer, Monsieur le Président, l'expression de ma considération très distinguée.

 

 

 

2012 06 13 Maurice LEROY SR1.-copie-1

*

2012-06-13-Maurice-LEROY-SR2.-copie-1.jpg

2012-06-13-Maurice-LEROY-SR3-jpg

commentaires

Quelle vitesse limite en périphérie des agglomérations ?

Publié le 14 Août 2007 par B&C dans bougezautrementablois

Un article de la presse locale

(NR du 8 août 2007)

laisse plutôt songeur.

 

Lisez plutôt

 

Rouler à 110 km/h sur les quatre voies

 

Le conseil général envisage de porter à 110 km/h la vitesse limite sur la portion de route départementale à quatre voies allant du pont Charles- de-Gaulle à la patte-d'oie de Saint-Gervais.

Ce tronçon de 3,6 km construit en 1972, le premier dans le département à avoir fait l'objet d'un aménagement à deux chaussées séparées, avait été surnommé pour cette raison « voie rapide ».

On doit y rouler en fait à 90 km/h et si certains automobilistes avaient tendance à l'oublier, le renforcement des contrôles mis en œuvre depuis quelques années a du leur rafraîchir la mémoire, en même temps que susciter des frustrations : est-il légitime d'appliquer la même limitation sur une petite route de campagne et sur un axe aux normes quasi autoroutières, qui vient en outre de faire l'objet d'une rénovation lourde? « On roule déjà à 110 km/h sur la section à quatre voies Villeromain Vendôme. Les aménagements que nous faisons sur nos routes ont aussi pour objectif de permettre de se déplacer plus vite là où c'est possible en toute sécurité » argumente Michel Leroux, vice-président du conseil général.

La même question pourrait se poser pour d'autres tronçons à quatre voies, déjà existants, en particulier la rocade nord de Blois (3 km sans aucun accès ni sortie, limités à 90) la première partie de la route de Vendôme, entre le pont autoroutier et Cora, et les futurs aménagements annoncés sur ce même gabarit (déviations de la Chapelle-Vendômoise, de Fossé, de Cellettes).

Seule ombre au tableau, les radars mobiles devront trouver d'autres sites d'embuscades. Mais on peut faire confiance à leur légendaire capacité d'adaptation

J.-L BOISSONNEAU

------------------------------------------------

 -----------------

Faut-il autoriser une augmentation des vitesses des véhicules dans la périphérie de Blois ?

Peut-on rouler plus vite en marge des agglomérations moyennes, là où la réglementation est déjà difficilement respectée ? Il y a sans doute plus d'une ombre au tableau:

 

Autant celà peut éventuellement se concevoir sur la rocade de Blois autant on peut être sceptique sur d'autres points:

 

- Sur la voie (dite) "rapide" du pont Charles De Gaule à la "patte d'oie" de Saint Gervais la Forêt (D174), itinéraire le plus fréquenté du département (plus de 43 565 vl / j en 2006*), c'est sans doute oublier la corrélation entre vitesse et accidentalité. Avec un trafic de type autoroutier, où les poids lourds prennent de plus en plus de place, les entrées (par exemple pour aller de Blois vers Vineuil) ont elles été concues pour s'insérer sur une autoroute ? Quel est l'intérêt de rouler à 110 km/h sur un troncon de 3,6 km ?

 

On frémit à l'idée de voir des poids lourds se rabattre sur la voie de droite à 110 km/h près des voitures sur une mini voie d'accélération...

Malgré les travaux du carrefour de Verdun et les ralentissements, et depuis peu un contrôle automatisé, il y eu 14 accidents officiellement recensés entre le giratoire de cités Unies et le Pont De Gaulle *. Alors passer de 90 à 110 km / h !

50 / 70 km/h actuellement,

110 km/h demain sur le pont ?

 

Un peu plus loin, Il est fréquent de voir des piétons revenir de "Cap ciné" à pied sur le boulevard des Cités Unies.... Un drame récent devrait inciter les décideurs à plus de prudence:

 

Après la "patte d'oie", vers Cellettes; les traversées piétonnes, cyclistes vont être tout aussi périlleuses... Pitié pour les plus vulnérables.

 

- Tout aussi grave, vers le centre commercial CORA, au nord de l'agglomération, il n'est pas rare de voir des piétons, des cyclistes, des cyclomotoristes au delà de l'avenue de Vendôme.

Piéton venant du centre commercial en périphérie...

Cycliste sur la 2X2 voie...

Quelle est l'utilité de rouler à 110 km / h sur une portion de...900 mètres ?

 

Tout signe de relâchement sera mal inteprêté notammment par les utilisateurs de véhicules inutilement puissants.

Le problème de fond, n'est pas dans les radars, mais dans la vitesse. Il en va aussi de la santé des riverains, tous ceux qui résident à près de 500 mètres de ces grandes artères, tous ceux qui auront à souffrir du bruit, des gaz d'échappement.

 

Le "toujours plus" (plus de vitesse, plus de poids lourds, plus de voitures...) n'est pas synonyme de progrès. A l'heure des dérèglements climatiques il serait urgent de prendre les mesures qui s'imposent et arrêter de fonctionner sur un modèle voué à l'échec. Au contraire, il faudrait réduire la vitesse. Une réduction de 1% de la vitesse moyenne sur les routes réduirait de 4% la mortalité (1). Certaines voix (2) se sont d'ailleurs élevées pour demander un abaissement des vitesses (110 au lieu de 130)  sur autoroutes. Faisons en sorte que le Loir et Cher ne se trompe pas de voie et reste en cohérence avec le territoire national.

 ----------------------------

* Observatoire de l'accidentologie 2006 Ville de Blois: p 11: "Les rues les plus accidentogènes selon le mode de déplacement".

(1) Population et sociétés n° 434 mai 2007 "La mortalité routière en France peut encore reculer" par claude Got, Patricia Delhomme et Sylvain Lassare

(2) Agir pour l'environnement "urgence climatique: chauffe qui peut"

---------------------------------------

PS: n'oublions les problèmes de priorités:

NR du 30 mai 2007

Respect des priorités: J'en tremble encore. Lundi, il est midi lorsque je roule sur la 2x2 voies Blois-Vendôme, à quelques minutes du rond-point de Bois-la-Barbe. Les conditions de circulation sont optimales. Peu de monde, sol sec malgré les pluies dernières et même un rayon de soleil.
Je roule à 110 km/h, la vitesse maximale autorisée lorsqu'arrivée à hauteur d'une intersection, une voiture arrive sur ma gauche. Elle roule, elle roule. Elle va bien s'arrêter. Non. Juste le temps de donner une secousse accélératrice. Salvatrice.
Avec cette envie d'hurler, « c'est à moi de passer-ééééééééé ! ». La collision à pleine vitesse a été évitée à quelques millimètres. Coup de frayeur et coup de chance. Accélérer, freiner ? Même pas le temps de réfléchir. Une espèce d'instinct a décidé pour moi. Terrifiante impression d'avoir franchi la voie ferrée juste au moment où le train passait, à grande vitesse, de s'être croisé, dans un souffle de tempête. Tremblements. Gorge sèche. Impossible de faire demi-tour pour comprendre ce qui s'est passé avec ce conducteur qui, vraisemblablement, n'a rien vu venir, me refusant tout bonnement la priorité sur une ligne droite. Une avenue à grande visibilité. Est-il logique qu'une 2x2 voies, dont la vitesse maximale autorisée est de 110 km/h, puisse être traversée ?
Question de commodités, évidemment. On croit être en sécurité. Elle n'est acquise nulle part. Coup de chapeau à tous ceux qui se battent pour des routes moins dangereuses. Pour effacer des points noirs. Lundi, j'ai compris leur acharnement. Je tremble toujours un peu. Je n'ai pas peur de prendre la voiture.
Juste un peu plus peur des autres en voiture. Encore plus prudente. Plus consciente et compréhensive vis-à-vis des radars et contrôles tous azimuts. La vie n'est qu'un respect de priorités.

Anne-Gaëlle ROUAULT

-----------------------

Septembre 2007

Depuis le 21 juin la rocade bordelaise est passée de 110 à 90 km/h  pour fluidifier et pacifier la circulation. but annoncé: moins de bouchons, moins d'accidents et moins de CO2 (-11%) sur les 43.6 km.
Le Loir et Cher serait-il à contre courant ?
FB
------------------------------------------------

Bonjour,

C'est une mauvaise idée de relever la vitesse de 90 à 110 car vraisemblablement il y a des sorties rapprochées et pour cette raison il faut laisser le temps aux conducteurs de voir les panneaux, de se positionner sur la bonne voie pour sortir, de ralentir, aux autres derrière de se positionner, etc. Un tel chassé croisé tous les 2 ou 3 km nécessite le 90 km/h . A titre indicatif, la voie expresse qui tangente Vannes à été passée de 110 à 90 l'an dernier (ou il y a deux ans) et tout le monde est très content.

Cordialement

JR

--------------------------------------------------------

 "Cette vitesse de 110 km/h est incompatible avec la circulation des vélos  tant que ceux-ci seront autorisés sur cette voie , c'est-à-dire tant que des pistes cyclables ne seront pas aménagées réglementairement.
       Il serait  intéressant de connaitre l'avis de "monsieur vélo" du Ministère des Transports.
       Il ya quelques années circulant en vélo sur cette voie en revenant du giratoire de Saint-Gervais, j'ai manqué d'être renversé par le souffle d'un semi-remorque qui devait rouler à cette vitesse.Cela avait été un moment  très désagréable."
MC
commentaires

110 km/h est-ce bien raisonnable ?

Publié le 31 Juillet 2011 par mmc&b&c dans On nous cache tout

Décidément, la trêve estivale induit bien des extravagances chez des aménageurs routiers.  L’été 2007*, l’idée, d’ailleurs immédiatement contestée, avait déjà surgi pour une augmentation des vitesses sur la voie dite "rapide" blésoise. En pleine époque des moissons 2011, c’est l’augmentation des vitesses de 90 km/h à 110 km/h qui est annoncée entre St-Gervais et Clénord !!**

 

Pour la Ligue contre la Violence Routière, la décision de passage de 90 kms/h à 110 kms/h est une mise en danger MANIFESTEMENT délibérée, rappelant qu’une augmentation de 1% des vitesses moyennes entraîne 4% d’accidents mortels en plus. De plus, quel est le "gain de temps" avec une limitation à 110 sur 4 km de distance ? Il en va de même pour la traversée de Clénord:  traverser un hameau à 70 km/h au lieu de 50 met dautant plus les riverains en danger.

 

La difformité décisionnelle ne s’arrête pas là. L’interdiction d’usage de cette portion de route s’adressant aux cyclistes, cyclomotoristes, piétons, dans leurs activités pratiques, utilitaires, s’étend aux promeneurs, randonneurs, cavaliers, et à tous ceux qui n’ont pas les moyens d’acquérir  un véhicule motorisé.

 

La Ligue contre la Violence routière déplore la détérioration d’un périmètre qui se rétrécit de jour en jour pour les usagers autres que motorisés.  Une fois de plus, on a sauté la case débat/concertation pour les riverains concernés et dont l’impact de telles décisions est lourd en conséquences pour leur sécurité, qualité de vie.

 

La boursouflure automobile manifeste de plus en plus ses limites. Les solutions hier utopiques ou hors de prix sont aujourd’hui réalisables du point de vue technique et économique. L’avancée des consciences civiques porteuses d’avenir, partageuses, est palpable partout, sauf dans les bureaux des aménageurs ? L'avenir de notre département est-il seulement dans uine politique autoroutière ?***

 

La Ligue contre la Violence Routière demande donc au Conseil Général d’exploiter de manière optimale la mobilité de tous les usagers, sans pratiquer l’exclusion. Arrêter de dépenser l’argent public, sous forme d’aménagements inaptes à leur vie quotidienne, devrait être l’objectif primordial en ces temps de crise.  L'association demande également au Préfet une mise en cohérence avec l'objectif présidentiel de moins de 3000 morts sur les routes en 2012.

 

 

 

2011 06 Déviation de cellettes.

 

 

* NR du 2 septembre 2007: "110 km/h sur la voie rapide est-ce bien raisonnable ?"

 

** NR du 29 juillet 2011:110 C'est la vitesse à laquelle on roulera sur la future section à quatre voies entre la patte-d'oie de Saint-Gervais-la-Forêt et Clénord. La décision définitive n'est pas encore prise (elle dépend des services de l'État et non du conseil général). Mais l'aménagement a été conçu pour cette vitesse avec en particulier un large terre-plein central, des bandes d'arrêt d'urgence et l'absence de carrefours. En revanche, c'est à 70 que l'on roulera dans la traversée de Clénord, radar fixe à l'appui. Celui-ci se trouvera annoncé par un radar dit « pédagogique ».

  ................

- Un nouveau débouché sur la route de Blois à Romorantin, pour la VC n° 3 (à droite) vers Cellettes. - (dr) Le carrefour de Clénord se refait peu à peu un visage rassurant. Jusqu'à l'année dernière, ce secteur où se côtoient automobilistes, cyclomotoristes, cyclistes et piétons, regroupait à lui seul trois intersections accidentogènes sur une longueur de 900 mètres, ce qui en faisait l'un des « points noirs » du réseau routier départemental en matière de sécurité. Les choses ont commencé à changer l'été dernier avec une première tranche de travaux qui a concerné le tronçon centre où se trouve le débouché de la voie communale n° 5 en provenance de Mont-près-Chambord. Celui-ci a été redressé, élargi et équipé d'îlots directionnels. Une opération identique a démarré en juin pour le le tronçon nord où se trouve le débouché de la voie communale n° 3 en direction de Cellettes. Là aussi, l'aménagement vise à créer une intersection à angle droit, assurant une meilleur visiblité et facilitant les manoeuvres de changement de direction, y compris pour les grumiers (véhicules d'exploitation forestière). Pendant la durée des travaux, prévus pour durer jusqu'à la fin du mois d'août, les automobilistes désirant se rendre à Cellettes devront emprunter la RD 77, sur l'autre rive du Beuvron. Une troisième et dernière tranche de travaux, concernant le tronçon sud (débouché de la RD 77 en provenance de Cellettes et en provenance de Tour-en-Sologne) sera engagée l'année prochaine.

 

*** supplément NR juin 2011: "quel avenir pour les Département ?"

 

2011 08 08 patte doie clénord.

 

Cartographie des accidents de la route dans le Loir et Cher: ou sont les zones dangereuses ?

commentaires

Comme en Ile de France, la vitesse sur la voie de contournement entre Blois, Vineuil et Saint-Gervais-la-Forêt pourrait aussi baisser.

Publié le 19 Juin 2016 par CG&HD&c dans modération, "voierapide", Blois, RD174, 41

La RD 174 entre Blois, Vineuil et Saint Gervais la Forêt -

La RD 174 entre Blois, Vineuil et Saint Gervais la Forêt -

Si l’on cumule la mortalité sur les autoroutes concédées, le réseau autoroutier interurbain non concédé, les voies urbaines et périurbaines à caractéristiques autoroutières, les routes nationales à caractéristiques autoroutières, la mortalité globale est proche de 300 tués par an. Une réduction d’un tiers de la mortalité peut être obtenue par la réduction de 10 km/h de la vitesse maximale sur ces voies.

Claude GOT

devrait s’appliquer ici la circulaire que vous citez du 26 mai 2006 des ministres de l’ Intérieur et de l’Equipement à savoir limiter les vitesses avec les risques réels.
- que l’ensemble de cette voie Nord-Sud a été aménagée par tronçons, avec des objectifs à des dates très différentes et donc avec des caractéristiques hétérogènes. Ainsi aujourd’hui cette voie traverse 5 communes bien agglomérées lesquelles font qu’il y a, à notre avis, non pas 5 agglomérations mais une seule agglomération.

De ce fait il y a des contradictions entre la signalisation de la voie principale et celles des voies secondaires:
- La circulation sur 3 giratoires est soumise à des stops non compatibles avec des vitesses variables selon les voies (50,70 et 90 km/h,)
- Il y a au moins 2 sorties avec des cisaillements dangereux de trafics très différents (urbains et internationaux).
- La signalisation est à revoir :surabondante ou insuffisante et ainsi non conforme aux instructions de la Direction des routes. La direction de la polyclinique devrait être prioritaire. De même pour les cyclistes, la signalisation inadéquate n'est pas réglementaire.
- Les panneaux de localisation des communes sont très rares mais difficiles à poser en raison de l’imbrication des limites communales.

Il nous semble qu’il y a là une raison de ne considérer qu’une seule agglomération celle du BLAISOIS et avec panneaux aux seuls giratoires NAU et St-GERVAIS., ce qui impliquerait sur l’axe Nord-Sud la seule vitesse de 50 km/h entre ces deux giratoires et de plus des économies de carburants.

Nous souhaitons le rétablissement d'un contrôle automatisé avant le pont, voire plusieurs radars sur cet axe particulèrement accidentogène. De plus il serait important de fixer sur les ponts SNCF et MAUNOURY, une signalisation interdisant aux camions de doubler et avec obligation de se maintenir sur la voie droite comme cela existe sur certaines autoroutes et sur le périphérique à PARIS.

feuMC&c courrier envoyé au Préfet du Loir et Cher en 2008

commentaires

Pour une harmonisation et une baisse des vitesses sur le périphérique-est de Blois (du giratoire cap-ciné) vers la Chaussée-Saint-Victor.

Publié le 30 Juin 2016 par c dans VMA, RD174, RD952, périphérique, rocade

Plutôt que de vouloir continuellement goudronner et bétonner le contournement-est de Blois (RD952a), ne serait-il pas préférable de limiter, de manière homogène, l'ensemble des VMA à 60 km/h plutôt que le 90 km/h actuellement en vigueur ?  Un peu comme à Munich, ville de 1.3 millions d'habitants ? (voir article ci contre).

 

Le projet de pseudo concertation, sur un temps trop court (avant le 30 juin) , ne permet pas sereinement de prendre correctement connaissance du dossier.

 

Pour une harmonisation et une baisse des vitesses sur le périphérique-est  de Blois (du giratoire cap-ciné) vers la Chaussée-Saint-Victor.

La voie d’évitement sud-ouest sera ouverte aux véhicules légers et également aux poids-lourds. La vitesse maximale autorisée sera limitée à 50 km/h.

La voie d’évitement sud-est sera ouverte aux véhicules légers et également aux poids-lourds. La vitesse maximale autorisée sera de 70 km/h.

Mise à 2+1 voies de la RD 952a entre les giratoires de Cap Ciné et des Châteaux ...La vitesse de référence sur cette section de la RD 952a sera 90 km/h dans les deux sens de circulation.

Reprise de la RD 952a (boulevard des Cités Unies) entre le pont de la voie ferrée et le giratoire de Cap Ciné. La vitesse de référence sur cette section de la RD 952a restera de 90 km/h.

RD 200 / RD 952a – Aménagement du secteur de Cap Ciné sur les communes de Blois et La Chaussée Saint Victor Dossier des principales caractéristiques du projet.

commentaires

Frédéric Héran propose une méthode pour développer une politique de ville cyclable

Publié le 25 Octobre 2014 par fh&c&b dans ville30

Un ouvrage de référence qui permettra aux décideurs de jeter un nouveau regard sur le contexte local

Un ouvrage de référence qui permettra aux décideurs de jeter un nouveau regard sur le contexte local

Quelques éléments constitutifs d'une politique de ville cyclable
Du réseau maillé au système vélo et à la ville apaisée
p 169

Pour développer une politique de ville cyclable, les villes françaises.... ont peu à peu affiné leur doctrine, en trois temps, en reprenant globalement le cheminement de toutes les villes d'Europe du Nord.

Dans un premier temps, elles se sont rendu compte qu'il ne suffit pas de réaliser des aménagements cyclables, encore convient-il que le réseau soit suffisamment dense et maillé,avec un niveau de sécurité homogène. Un effort de programmation se révèle indispensable à travers la mise au point d'un schéma directeur des itinéraires cyclables précisant les axes structurants et les aménagements prioritaires. Cela passe par le repérage et le traitement des discontinuités, dont on peut distinguer trois catégories selon l'échelle considérée :

Frédéric Héran "le retour de la bicyclette" La découverte 2014

Une bordure trop haute (modifiée depuis)

Une bordure trop haute (modifiée depuis)

les petits obstacles gênants (une bordure trop haute, une plaque d'égout dangereuse, une chicane trop serrée, un revêtement défectueux...) ;

Blois - verdun - des poteaux cassés

Blois - verdun - des poteaux cassés

les obstacles plus importants qui dissuadent déjà de circuler à vélo (un carrefour non aménagé, une bande cyclable envahie par du stationnement illicite, une artère sans aménagement cyclable, un sens interdit...) ;

Frédéric Héran "le retour de la bicyclette" La découverte 2014

enfin, les coupures urbaines, telles que les infrastructures infranchissables ou les grandes emprises non traversables, qui interdisent tout passage d'un quartier à l'autre ou obligent le cycliste à de larges détours très décourageants.

En France, certaines villes n'en sont pas encore à traiter les micro-obstacles pendant que d'autres s'attaquent déjà aux obstacles plus importants. Rares sont celles qui, comme Strasbourg, ont une politique, assez coûteuse mais indispensable, de traitement systématique des coupures par des passages dénivelés.

Frédéric Héran "le retour de la bicyclette" La découverte 2014

Au nord de Blois l'avenue de Vendôme et la D 957 vers Fossé forment une coupure

Au nord de Blois l'avenue de Vendôme et la D 957 vers Fossé forment une coupure

Au sud de Blois la D 765 vers Clénord est une autre coupure

Au sud de Blois la D 765 vers Clénord est une autre coupure

Dans un deuxième temps, de nombreuses villes ont compris qu'on ne peut se contenter de réaliser des aménagements cyclables et ont cherché à développer ce que plusieurs auteurs et organismes ont proposé d'appeler, sans se concerter, un « système vélo », tout comme il existe un système automobile. Un système vélo comporte trois piliers :

Frédéric Héran "le retour de la bicyclette" La découverte 2014

Le nouveau parking à vélos  gare de Blois commence à se remplir

Le nouveau parking à vélos gare de Blois commence à se remplir

des aménagements cyclables et des dispositifs de stationnement au domicile comme à destination ;
une série de services permettant notamment de lutter contre le vol et de faciliter la location et la réparation des vélos ;
et une politique de promotion de la bicyclette visant à redresser son image, à encourager sa pratique et à expliquer les solutions mises en œuvre. Le développement des systèmes de vélos en libre-service et des vélostations s'inscrit clairement dans cette approche. Compte tenu de la portée limitée des déplacements à vélo (qui n'est toutefois pas négligeable), le système vélo est en réalité un sous-système du « système de transport écologique »(Verkehrsmittel des Umweltverbundes en allemand) associant marche, vélo et transports publics et que l'urbaniste suisse Lydia Bonanomi a proposé d'appeler l'écomobilité

Frédéric Héran "le retour de la bicyclette" La découverte 2014

Strasbourg en zone 30 km/h

Strasbourg en zone 30 km/h

Dans un troisième temps, à l'exemple des villes d'Europe du Nord, quelques villes françaises commencent depuis peu à prendre au mot la remarque du CERTU formulée dans le manuel français sur les aménagements cyclables dès 2000 : « En ville, la meilleure approche est de privilégier la modération de la vitesse partout où cela est possible pour permettre l'intégration des vélos dans la circulation. » Seule une telle politique peut offrir aux cyclistes un environnement apaisé suffisamment rassurant pour inciter un grand nombre de citadins à revenir au vélo. Il s'agit concrètement de généraliser les zones apaisées (zones 30, zones de rencontre et aires piétonnes) sur 80 % du linéaire de voirie, en créant même des « ponts 30 » sur les tronçons d'artères où domine la vie locale de façon à relier les quartiers en zone 30. Parmi les villes qui ont un tel projet, on peut citer quelques grandes agglomérations comme Strasbourg, Nantes, Angers, Toulouse, Grenoble ou Paris intra muros.

Frédéric Héran "le retour de la bicyclette" La découverte 2014

commentaires

Autres incohérences de signalétique dans le val de Loire

Publié le 11 Novembre 2013 par fb&c dans CCUSR, RD, signalétique, incohérence

Des signalements d'incohérences avaient déjà été inscrits sur le site de la Préfecture en mai 2013. Nous les reproduisons ici pour mémoire.

 

Parmi les problèmes évoqués:

1: Une  départementale à 110 km/h (la RD 765  près de la RD956) interdite aux cyclistes sans proposition d'alternative.

 

2: Des rues totalement refaites sans aucune prise en compte des cyclistes (non respect de la "loi sur l'air") (Cheverny D 102 - Mur de Sologne - Avenue de Blois à Romorantin-Lanthenay, etc..°

 

ou alors une prise en compte déficiente comme à la Chaussée Saint Victor, rue Champlouet : les cyclistes invités à emprunter le trottoir avec les piétons ! Ou est le respect du code de la route ? L' aménagement a été refait avril 2013: la chaussée en totalité, des trottoirs ont été créés entre la Gendarmerie et la rue des Châtaigniers, les bordures ont refaites en grande partie (sur plusieurs centaines de mètres). Il n'y a pas de surbaissés pour l'accessibilité piétonne en traversées de rues au niveau de la rue des Châtaigniers. Les travaux de rénovation de voirie ne tiennent pas compte de la  loi de 2005...De nombreux panneaux ont été replacés trop bas (pour un minimum de 2 m 20 de hauteur )
- La double ligne continue centrale  interdit en principe de dépasser un cycliste.

 

 

3: Des feux rouges qui ne détectent pas les cyclistes (Blois au croisement de la rue Balzac / Bourg Neuf ou encore sur l'avenue Maunoury, rue des ponts Chartrains)

 

4: Des pannonceaux directionnels vélo placés trop loin sont illisibles. Par exemple à  Blois au Carrefour de la Libération depuis le pont Jacques Gabriel : Vue vers Villebois-Mareuil ou  vue vers Amédé Contant. De l'autre côté du pont au carrefour de la Résistance Le pannonceau directionnel vélo (château et gare) est placé trop loin et à gauche de la chaussée et en devient presque invisible. Des cyclistes suivent la signalétique automobile et montent la rue Jean Moulin et passent devant la Banque de France pour redescendre ensuite vers le Château !

 

 

Au sud de Blois, sur la D956 entre la Patte d'Oie et Clénord le  110 km/h est autorisé ! Les tracteurs (25 km/h) et deux roues motorisés de 50 cm3 (45 km/h) y sont autorisés !!! Par contre, la D 956 est Interdite aux cyclistes sans qu'aucune alternative ne leur soit proposée. Une "mise en cohérence des limitations de vitesses" devrait pouvoir être envisagée.Au sud de Blois, sur la D956 entre la Patte d'Oie et Clénord le  110 km/h est autorisé ! Les tracteurs (25 km/h) et deux roues motorisés de 50 cm3 (45 km/h) y sont autorisés !!! Par contre, la D 956 est Interdite aux cyclistes sans qu'aucune alternative ne leur soit proposée. Une "mise en cohérence des limitations de vitesses" devrait pouvoir être envisagée.

Au sud de Blois, sur la D956 entre la Patte d'Oie et Clénord le 110 km/h est autorisé ! Les tracteurs (25 km/h) et deux roues motorisés de 50 cm3 (45 km/h) y sont autorisés !!! Par contre, la D 956 est Interdite aux cyclistes sans qu'aucune alternative ne leur soit proposée. Une "mise en cohérence des limitations de vitesses" devrait pouvoir être envisagée.

Cheverny sur la D102 la rue a totalement été refaite sans aucune prise en compte des cyclistes (non respect de la "loi sur l'air") Il s'agit de l'un des itinéraires officiel des Châteaux à Vélo.

Cheverny sur la D102 la rue a totalement été refaite sans aucune prise en compte des cyclistes (non respect de la "loi sur l'air") Il s'agit de l'un des itinéraires officiel des Châteaux à Vélo.

Mur de Sologne au sud de Blois sur la  Rue Nationale (D 765) une rue totalement refaite sans aucune prise en compte des cyclistes (non respect de la "loi sur l'air")
Mur de Sologne au sud de Blois sur la  Rue Nationale (D 765) une rue totalement refaite sans aucune prise en compte des cyclistes (non respect de la "loi sur l'air")

Mur de Sologne au sud de Blois sur la Rue Nationale (D 765) une rue totalement refaite sans aucune prise en compte des cyclistes (non respect de la "loi sur l'air")

Des feux rouges qui ne détectent pas les cyclistes (Blois au croisement de la rue Balzac / Bourg Neuf

Des feux rouges qui ne détectent pas les cyclistes (Blois au croisement de la rue Balzac / Bourg Neuf

Blois rue du 18 juin le long de la Préfecture, un panneau "sens interdit" avec en parallèle un "double sens cyclable".Le panneau semble inutile. De plus le poteau support réduit la largeur disponible au détriment des normes d'accessibilité. La photo a été faite (par google)  au n°5  à l'entrée de service de la Préfecture.  Une  voiture est stationnée sur ligne jaune et sur le  "double sens cyclable"  sous l'oeil (?) de la caméra de surveillance !

Blois rue du 18 juin le long de la Préfecture, un panneau "sens interdit" avec en parallèle un "double sens cyclable".Le panneau semble inutile. De plus le poteau support réduit la largeur disponible au détriment des normes d'accessibilité. La photo a été faite (par google) au n°5 à l'entrée de service de la Préfecture. Une voiture est stationnée sur ligne jaune et sur le "double sens cyclable" sous l'oeil (?) de la caméra de surveillance !

Blois rue Gallois. Au niveau de la Poste, les feux vert sont au orange clignotant pour les automobilistes, bien visibles, beaucoup ne remarquent pas le passage au orange fixe et même au rouge et continuent de passer !
Blois rue Gallois. Au niveau de la Poste, les feux vert sont au orange clignotant pour les automobilistes, bien visibles, beaucoup ne remarquent pas le passage au orange fixe et même au rouge et continuent de passer !
Blois rue Gallois. Au niveau de la Poste, les feux vert sont au orange clignotant pour les automobilistes, bien visibles, beaucoup ne remarquent pas le passage au orange fixe et même au rouge et continuent de passer !

Blois rue Gallois. Au niveau de la Poste, les feux vert sont au orange clignotant pour les automobilistes, bien visibles, beaucoup ne remarquent pas le passage au orange fixe et même au rouge et continuent de passer !

Depuis le trottoir de la Poste centrale de Blois il n'y a  pas de bouton d'appel piéton qui ne sont donc en principe jamais prioritaires

Depuis le trottoir de la Poste centrale de Blois il n'y a pas de bouton d'appel piéton qui ne sont donc en principe jamais prioritaires

Blois Avenue de France: La piste cyclable le long de la voie principale perd la priorité par rapport aux voies perpendiculaires, cela est  contradiction avec le code de la route
Blois Avenue de France: La piste cyclable le long de la voie principale perd la priorité par rapport aux voies perpendiculaires, cela est  contradiction avec le code de la route

Blois Avenue de France: La piste cyclable le long de la voie principale perd la priorité par rapport aux voies perpendiculaires, cela est contradiction avec le code de la route

Venant de Saint Gervais la Forêt vers Blois il  n'y pas de panneau sortie de St Gervais. Ensuite en prenant la direction de la piscine, on entre dans Blois sans rencontrer de panneaux d'entrée de ville. Dans l'autre sens, il n'y a pas de panneau sortie de Blois au niveau du Cosson. (Depuis un panneau sortie de Blois a été placé au niveau du parc des exposition  donc les 90 km/h sont autorisés jusqu'à la sortie du pont sur le Cosson où la bande cyclable disparait, avant le panneau St Gervais la Forêt , pour reprendre panneau d'entrée dans St Gervais...!

Venant de Saint Gervais la Forêt vers Blois il n'y pas de panneau sortie de St Gervais. Ensuite en prenant la direction de la piscine, on entre dans Blois sans rencontrer de panneaux d'entrée de ville. Dans l'autre sens, il n'y a pas de panneau sortie de Blois au niveau du Cosson. (Depuis un panneau sortie de Blois a été placé au niveau du parc des exposition donc les 90 km/h sont autorisés jusqu'à la sortie du pont sur le Cosson où la bande cyclable disparait, avant le panneau St Gervais la Forêt , pour reprendre panneau d'entrée dans St Gervais...!

Panneaux vélo ronds B 22 (aménagement obligatoire) alors que la règle depuis 1998 est le panneau carré C113 (aménagement conseillé) par exemple à Blois sur le Pont Jacques Gabriel

Panneaux vélo ronds B 22 (aménagement obligatoire) alors que la règle depuis 1998 est le panneau carré C113 (aménagement conseillé) par exemple à Blois sur le Pont Jacques Gabriel

commentaires

Le contournement autoroutier au nord-est de Blois ne pourra pas éternellement être bétonné - Limiter les vitesses de déplacement serait une solution moins onéreuse.

Publié le 21 Février 2016 par c dans autoroute, fluidité, béton, vitesse

Il y a dix ans, à l'est de la ville de Blois, après les travaux du "carrefour de Verdun" - à 16 millions d'€ quand même ! -  la presse locale annoncait "la fin de l'enfer" ! Sur l'axe le plus fréquenté du Département !

Dix ans après, il est question d'aménagements complémentaires... à plus de 7 millions d'Euros !

Aujourd'hui, à l'heure des "budgets contraints", certains protagonistes annoncent "En dépit du contexte actuel et des incertitudes, nous travaillons pour 2016 sur une maquette de 40 M€ qui pourrait être portée à 45 M€. " !!!

Le film d'animation québecois (disponible sur "sagacite.org"), réalisé par Luc Chamberland,  montre que ce système de pensée, digne des années pompidou,  est voué à l'échec.  15 minutes de visionnage sont nécessaires pour économiser des deniers publics... à l'heure des "budgets contraints" ...

Le modèle du tout voiture, du tout poids- lourds, est voué à l'échec. (photo NDDL)

Le modèle du tout voiture, du tout poids- lourds, est voué à l'échec. (photo NDDL)

En fait, dès 2006, les bétonneurs envisageaient la suite du chantier...

Le Scot (Shéma de Cohérence et l'Organisation du Territoire) du blaisois (non daté mais avant 2006) et l'Etude du CETE, commandée par le Conseil Général - en ligne p 15/62 - ne laissent que peu de doutes:

1.6 Les projets en cours et en devenir

Afin de faire face, entre autres, à cette évolution des trafics et pour tenter de résoudre une partie des dysfonctionnements recensés plusieurs projets sont envisagés.

Le projet majeur, inscrit au contrat de plan 2000-2006, concerne l’aménagement du carrefour de Verdun. Ce carrefour se situe à l’intersection des deux axes majeurs de l’agglomération. Le trafic
qu’il supporte est considérable (environ 40 000 véhicules/ jour) et induit des saturations régulières aux heures de pointe. De plus, l’existence d’une seule sortie depuis l’autoroute conduit naturellement les sortants souhaitant rejoindre la rive gauche vers ce point névralgique (circulation de transit). L'aménagement de ce carrefour doit permettre d’améliorer les circulations tant dans le sens Vendôme-Blois-Romorantin que dans le sens Blois-La Chaussée-Saint-Victor par la création d’un pont routier, qui permettra un
accès direct à l’avenue de Verdun, ainsi qu’un passage réservé aux piétons et cyclistes, reliant la rue du Général Galembert et la rue du Coteau.La mise en circulation est programmée pour fin 2006.

CEPENDANT (NDLR) , à l’issue des travaux, plusieurs problèmes sont à craindre :
-une augmentation quasi certaine du flux des véhicules sur ce carrefour
-des perturbations, par augmentation du trafic, sur les extrémités de l’axe RD 174 / RN 152, à savoir les giratoires de la Patte d’Oie à Saint Gervais-la-Forêt et du nœud F
-les arrivées latérales au nœud F, RN 252 et donc RD 52 vont connaître des désordres...

Scot du blaisois (non daté mais avant 2006) Etude du CETE, commandée par le Conseil Général - en ligne p 15/62

Le problème principal concerne les poids lourds en transit qui préfèrent passer par la rive gauche, moins soumise aux traversées de bourgs, plutôt que de repasser en rive droite après le contournement de Blois par le sud. Bien que l'aménagement du carrefour de Verdun et la déviation de La Chaussée Saint-Victor devraient permettre de capter plus de poids lourds sur la RN 152, la rive gauche attirera toujours. En effet, entre Blois et Muides sur-Loire (franchissement de Loire), Saint-Dyé-sur-Loire est le seul bourg à traverser contre cinq en rive droite. Des aménagements routiers devraient prochainement ralentir la circulation dans le bourg et peut-être dissuader certains routiers d'emprunter cet itinéraire

Scot du blaisois (non daté mais avant 2006) en ligne p 23/62

cul de sac (photo MH)

cul de sac (photo MH)

commentaires

La Roseraie de Blois

Publié le 25 Mai 2008 par c dans bougezautrementablois

Un espace de tranquilité
à ne pas rater
pour qui visite le val de Loire.

Le coin est sublime.
Outre les essences de roses, la décoration est originale
(et c'est gratuit !)






























Une exposition de Grand-bi(s)

 avec vue sur la Loire


























c'est la patte de François ?

commentaires
<< < 1 2 3 > >>