Bougez autrement à Blois - Bougez autrement dans le val de Loire

Espace de débats, d'opinion pour favoriser les "déplacements doux". Faire savoir à ceux qui savent faire...avec pour seul objectif "zéro accident"

Enquête vélo

Publié le 27 Mars 2012 par il&c dans Comment font les autres ?

  Une information signalée par Isabelle, un enquête en ligne sur le vélo.

 

 

Qui sont les non-cyclistes ? L’enquête nationale   QualiCycle : vous êtes invités à y participer, et aussi à la diffuser largement autour de vous, auprès des cyclistes comme des non-cyclistes.

 

2012-03-27-Qualicycle-enquete-nationale-sur-le-velo.png

 

Vous avez un avis sur le vélo ? vous souhaitez faire part de vos sentiments ? Alors participez à l'enquête ! Il vous suffit d'aller sur le site www.qualicycle.fr et de remplir le questionnaire.

"

 

 

Une enquête facile et bien conçue

avec un questionnement très pertinant

qui devrait plaire aux Blésois et aux habitants du val de Loire

 

 

Quels sont les points forts ou à améliorer dans votre ville pour la circulation à vélo ? Votre avis ?


L'intermodalité (capacité de se rendre à vélo vers les transports communs : parking vélo dans les gares ...)  

 
    Point fort        Point à améliorer        Ne sait pas


L'étendue des voies cyclables : nombre de voies et distances couvertes

   
    Point fort        Point à améliorer        Ne sait pas


La sécurité de circulation à vélo : voies protégées, signalisations visibles par les automobilistes .


    Point fort        Point à améliorer        Ne sait pas


La capacité de stationnement à vélo : nombre et emplacement des parcs à cycles   


    Point fort        Point à améliorer        Ne sait pas


Les liaisons cyclistes pour aller de la périphérie vers le centre ville   


    Point fort        Point à améliorer        Ne sait pas



Les voies cyclables reliées avec les villes voisines   


    Point fort        Point à améliorer        Ne sait pas



L'organisation d'événements promouvant l'utilisation du vélo : sorties organisées, manifestations cyclistes ...   


    Point fort        Point à améliorer        Ne sait pas


La sécurité des vélos : parkings vélos sécurisés ...   


    Point fort        Point à améliorer        Ne sait pas


La protection des cyclistes : campagne de prévention pour sensibiliser les automobilistes, information sur la sécurité routière ...  

 
    Point fort        Point à améliorer        Ne sait pas


Si autre, précisez ..

commentaires

J'en ai pour cinq minutes !

Publié le 24 Mars 2012 par b&c dans circulation "dure"

Petite scène de la vie ordinaire

 

2012 03 24 Blois bel air.

Une moto stationnée sur un trottoir !

2012 03 24 Blois bel air Moto & poubelles.

Entre les poubelles et le 2RM

quelle place reste-t-il aux personnes vulnérables ?

2012 03 24 Blois bel air canne blanche.

 

"Ces cinq dernières années, il n'y a pas eu plus d'éducation routière..., de vraie prise en compte des usagers vulnérables" ???

commentaires

Semeurs urbains...de panneaux publicitaires

Publié le 22 Mars 2012 par b&c dans Peut mieux faire

Sur le cheminement piétonnier !

2012-03-22-Blois-av-France-Lewes-panneau--1-.jpg

 

Blois - au croisement de l'avenue de France et de la rue Lewes,

un nouveau panneau publicitaire a été implanté sur le trottoir !

les "semeurs urbains" sont passés par là !



2012-03-22-Blois-av-France-Lewes-panneau--2-.jpg

ou ainsi se meurt l'urbain ?

 

L'implantation s'est faite au détriment des piétons !

2012-03-22-Blois-av-France-Lewes-panneau--4-.jpg

mais également des automobilistes.

A la fois pour des problèmes de visibilité et de distraction avant les feux tricolores.

 

2009-google-map-blois-avenue-de-France-jpg

Le même carrefour avec l'ancien panneau publicitaire

vu par google maps en 2009.

Lors du remplacement du panneau personne n'a eu à l'"ESPRIT" la prise en compte de l'accessibilité des piétons...?

commentaires

2RM : un rapport qui va faire du bruit

Publié le 20 Mars 2012 par X&c dans Ouvrage de référence

Le bruit et la vitesse des motos


 Le constat :  La vitesse d'un 2RM est fortement liée à son niveau de bruit. En effet :  tous les 2RM bruyants roulent trop vite et au-dessus de la vitesse autorisée dans la plupart des cas;  les 2RM conformes en bruit roulent souvent trop vite mais dans des proportions très inférieures aux 2RM bruyants.


 Pourquoi les 2RM bruyants roulent-ils trop vite ?
 Le bruit est la perception la plus grisante pour les passionnés de motos et de sport motocycliste avec la vitesse ; les deux effets se cumulant ;
Le bruit symbolise la puissance et la performance que recherchent nombre de possesseurs de 2RM;


 Un bruit élevé incite le conducteur du 2RM :
 - à monter les régimes du moteur sur les rapports intermédiaires/
 - à changer de vitesse souvent,
 - à adopter une conduite à tendances sportives,
 pour profiter pleinement du bruit de son moteur.
 D'une manière générale :Un bruit élevé peut être agréable à écouter pour celui qui en est passionné (la sonorité d'un bruit de moteur fait partie des plaisirs du connaisseur) ;
 Un bruit élevé est une forme d'affirmation de sa domination envers les autres :
 - les usagers de la route : motards, automobilistes, piétons,
 - l'entourage : les membres de la famille, les copains, la petite amie,....

 

 


 
 Les niveaux sonores :
 Les niveaux de bruit sont caractérisés par le nombre de décibel en pondération A : dB(A). Il faut comprendre que la puissance (pression) acoustique est multipliée par 2 pour un écart de 3 dB(A).
 

Exemples de niveaux sonores par situation :
 Od BSPL= seuil d'audition
 15 dB SPL = niveau de bruit d'un bruissement de feuilles
 30 dB SPL = niveau de bruit de chuchotements
 40 dB SPL = niveau de bruit d'une salle d'attente
 60 dB SPL = niveau de bruit d'un ordinateur personnel de bureau à 0,6 mètres
 65 dB SPL = niveau de bruit d'une voiture roulant à 60 km/h à 20 mètres
 85 dB SPL = niveau de bruit d'un camion roulant à 50 km/h à 20 mètres.
 

 

Seuil à partir duquel il existe un risque pour l'acuité auditive selon la durée d'exposition sans protections adaptées
 
92 dB SPL = niveau de bruit d'une tondeuse à gazon à moteur thermique à 1 mètre
90 à 100 dB : Niveau de bruit d'une moto bruyante passant dans une rue avec un échappement non conforme.
95 dB SPL = niveau de bruit d'une rotative à journaux
103 dB SPL = niveau de bruit d'un métier à tisser
115 dB SPL = niveau de bruit d'un marteau pneumatique à 1 mètre
120 dB SPL = seuil moyen d'apparition de la douleur due au son
125 dB SPL = niveau de bruit d'un avion à réaction au décollage à 20 mètres
 
 Que dit la réglementation ?
 Le bruit généré par les véhicules motorisés à deux roues est limité depuis longtemps par des directives européennes qui organisent une réduction en plusieurs étapes.
 Depuis le 17 juin 1999, tous les nouveaux types de véhicules sont soumis à une norme  européenne, conformément à la directive 97/24/CE.
 Pour les deux roues à moteur, les valeurs limites actuellement imposées sont les suivantes :
 
 Véhicule Seuil de niveau sonore en dB(A)
 Cyclomoteur dont la vitesse maxi est inférieure ou égale à 25 km/h   66
 Cyclomoteur dont la vitesse maxi est supérieure à 25 km/h               71
 Motocycle dont la cylindrée est comprise entre 50 et 80 cm3             75
 Motocycle dont la cylindrée est comprise entre 80 et 175 cm3           77
 Motocycle dont la cylindrée est supérieure à 175 cm3                       80
 
 
Le niveau de bruit est mesuré au cours d'un essai en roulage bien spécifié.
Si la machine est conforme aux limites ci-dessus, un niveau de bruit à l'arrêt dans des conditions précises est mesuré. Il sert de référence pour des contrôles de conformité de production ou par les forces de l'ordre.
Les conditions de la mesure de ce contrôle de conformité à l'arrêt sont mentionnées sur la plaque châssis de la machine : régime moteur de contrôle et niveau de bruit admis.
 
 PLAQUE DE CADRE MOTO & SCOOTER
 MOTOCYCLE, TRICYCLE ET QUADRICYCLE A MOTEUR
 
 MARQUE:
 N° de SERIE:
 Niv. Sonore Arrêt : dB - tour/min
 ALUMINIUM - NOIR .- SOUPLE (FORMAT 3x7 cm)
 
 La directive 97/24/CE conduit à une définition technique uniforme des véhicules dans toute l'Europe et devrait concourir à un renforcement des réglementations applicables à ces véhicules.
 Elle prévoit, par exemple :
la présence de pièces clés normalement indémontables ou auto cassantes rendant plus difficile toute modification notable du moteur ou du dispositif d'échappement ;
l'interdiction de conception par bridage, sauf à prouver qu'une modification du bridage n'augmente pas de la vitesse ou la puissance du moteur (l'augmentation, par débridage, de la puissance d'un moteur augmente les niveaux sonores).
 
 L'homologation des dispositifs d'échappement :
 Les dispositifs d'échappement vendus en France doivent tous être homologués suivant les directives européennes 97/24/CE, sauf lorsqu'il s'agit d'équipements destinés à la compétition.
Les dispositifs homologués se différencient par une marque indélébile (lettres T.P.-S.I. suivies du numéro d'homologation) apposée par le constructeur sur la paroi externe du dispositif d'échappement.
Il n'est toutefois pas interdit de fabriquer ni de vendre des dispositifs d'échappement non homologués (pots de compétition) :
 pour être mis en vente sur le territoire français, les équipements destinés à la compétition doivent bénéficier d'une dérogation délivrée par le ministre chargé de l'environnement ;
 à l'échelon du revendeur, la vente est réservée aux détenteurs d'une licence de compétition.
 Répercussion du coût de l'homologation oblige, les pots non homologués sont 60 à 70 moins chers que les dispositifs homologués. Il est probable, au vu du volume relativement faible des demandes de dérogation, qu'une part importante soit vendue sans faire l'objet de dérogation, et donc de manière illégale.
 
 Les pots d'échappement vendus en accessoire :
 L'homologation :
 Le système d'échappement d'un 2RM peut être changé par un équipement de remplacement.
 Un écart est toléré entre l'échappement d'origine et celui de remplacement :
 + 1 dB(A) en essai dynamique ;
 + 3 dB(A) en essai statique.
 Cette tolérance est une vraie anomalie car :
 la conformité du véhicule de référence n'est pas garantie ;
 un écart de 3 dB(A) en statique est beaucoup trop car il représente une pression acoustique deux fois plus élevée.
 
 La garantie de conformité :
 La directive 97/24/CE qui demande que les produits ne puissent pas être modifiés n'est absolument pas respectée car, sur de nombreux équipements, l'extracteur de sortie peut être démonté par action sur une simple vis ou sur un rivet.
 

 Certains constructeurs mentionnent même cette possibilité en avant comme l'exemple ci-dessous de  Akrapovic pour un silencieux de Scooter Yamaha Tmax.

(ancienne adresse)
 http://www,ps-performance.com/accessoires-
 moto/product.php?productid=30877&cat=2343&page=l

Nouvelle adresse:

http://www.scooter-system.fr/news/1486-silencieux-akrapovic-xmax.html
 
 On constatera le contraste entre le texte sur le respect du niveau acoustique et la prescription en gras sur la chicane amovible. On est clairement dans la tromperie et la provocation.
 


 

 Présentation (2010) 
 "Chez Akrapovic le souci de la perfection s'illustre dans la recherche de nouveaux matériaux et l'emploi de nouvelles technologies afin d'améliorer les résultats. L'objectif d'Akrapovic est de comprendre et de satisfaire au mieux les attentes de nos clients. Akrapovic met à votre service son expérience dans le domaine de la course et son savoir faire exceptionnel pour produire un des meilleurs échappements pour votre moto.
Suivre aussi les règles...
Soyons honnêtes de temps à autre,il peut être aussi amusant d'en transgresser certaines...
Sachons aussi en respecter d'autres.Les limites demeurent,l'une d'entre elles est le niveau sonore des échappements.
Beaucoup connaissent Akrapovic de part le monde de la course et leur attachement au sport. Akrapovic a décidé d'ajouter au catalogue les systèmes homologués conformes aux normes CEE. L'échappement satisfaisant toutes les conditions de bruit et de sûreté à été approuvé par le conseil de normes techniques pour chaque moto de façon spécifique (indiqué par un marquage lazer sur la flasque du silencieux) Les niveaux de bruit sont inférieurs aux lignes racing mais le son Akrapovic demeure...
 Collecteur Inox
 Tube en Inox
 + Cache carbone
 Finition titane."
 Silencieux avec chicane amovible"



 
 Comment traiter ce problème ?
 En appliquant la loi qui s'appuie sur deux cadres réglementaires (voir en annexe)
celui du code de la route,
celui de la loi bruit.
Toutes les mesures en annexe* permettent d'agir :
sur les fabricants de silencieux afin qu'ils soient non modifiables ;
sur les utilisateurs pour qu'ils ne les modifient pas.
 
 Les fabricants :
L'auteur de ce texte propose deux actions :
II faut obtenir du législateur que la directive 97/24/CE soit effectivement appliquée et que les silencieux ne soient plus modifiables.
 Il faut aussi faire évoluer cette directive et supprimer la clause de latitude de :
 +1 dB(A) en dynamique ;
 +3 dB(A) en statique.
 Cette tolérance est inutile car la mesure est précise si correctement réalisée.
 
 Les utilisateurs :
Comme indiqué, un simple contrôle de conformité permet de constater le délit et d'appliquer les articles R318 ou L571.
Avec une photographie de référence de la sortie avec et sans extracteur, un agent peut facilement constater une non-conformité par examen d'un silencieux. Ainsi, il n'est pas nécessaire de faire une mesure du niveau de bruit.
Une telle procédure de contrôle de conformité permettrait de faire rapidement des contrôles: en bord de route envers les 2RM bruyants, partout où sont stationnés les 2RM.
Le contrevenant serait sanctionné et mis en demeure par courrier de remettre en conformité son silencieux dans un délai imposé.

 

 

* (non publiées sur ce site)

 

commentaires

L’effacement insidieux et inquiétant de la puissance publique ?

Publié le 19 Mars 2012 par mmc&c dans Mise en danger

L’indulgence extravagante accordée aux riverains des petits bourgs ruraux qui stationnent leurs véhicules sur les trottoirs devant leur domicile aux larges cours et dépendances est injustifiée et déloyale pour les usagers non motorisés.

 

2012-03-18-Saint-Loup-sur-cher.vl.jpg

 

Un comportement colonisateur de l’espace public qui pousse sur la route les usagers vulnérables est profondément immoral. Les piétons, enfants prudents diplômés du code de la rue ….. , mamans avec poussette, personnes handicapées, personnes âgées aux réflexes lents se sentent avilis comme des bêtes, chassés sur la route, dans l’indifférence du danger.

 

2012-03-18-vl-saint-loup-sur-cher-jpg

 

Un attitude abusive qui, de façon insidieuse, se travestit en « droit », entérinant l’hégémonie du véhicule puissant sur la fragilité humaine. La conséquence d’un laxisme - on n’ose pas dire ignorance du code de la route – de l’autorité locale en charge de la sécurité routière a créé cette situation inédite, attentatoire à la dignité humaine.

 


 

Une irrégularité dans l’administration communale qui engendre une rare violence si le véhicule subit quelques égratignures. Perdant toute maîtrise, le propriétaire accusera en toute illogique son voisin, en l’injuriant bien souvent. Une absence de raisonnement qui confine à l’enfermement mental par la sacralisation de son véhicule, sans penser aux piétons exaspérés par une mise en danger entêtée et la privation de l’espace qui leur est dû.

 

2012 02 07 Blois beauséjour pv et smily (4)

 

Des piétons qui souhaiteraient rappeler, peut-être, par une signature, leur légitimité à circuler sur les trottoirs et que le stationnement gênant est passible d’une verbalisation.

 

Voici comment une dérive administrative métamorphose un réel problème de sécurité routière en fallacieux problème de voisinage. Le déficit de notre Etat peut-il encore se permettre une perte de temps et d’argent pour régler de faux problèmes de voisinage, les contrefaçons de certaines administrations communales ?

 

Quand de nombreux élus ruraux ré-organisent leurs villages par une modération des vitesses et espaces sécurisés des piétons, d’autres ne font que précipiter un retour clanique motorisé au chacun pour soi. Quand l’inepte le dispute à l’inique, ce n’est pas de bon augure. C’est ainsi que l’éclipse totale d’un souci partagé de la vulnérabilité et de la mortalité d’autrui semble contribuer à l’évanouissement de la puissance publique.

commentaires

Éthylotest obligatoire : soupçons de conflit d’intérêts

Publié le 18 Mars 2012 par x&c dans Tabou

2012-03-18-pom-pot-jpg  

Éthylotest obligatoire : soupçons de conflit d’intérêts entre l’association « I-Tests » et le fabricant Contralco

CeriseClub 18/03/2012 Damien Carboni.

Début mars, un décret, concernant l’obligation de posséder un éthylotest dans son véhicule à compter du 1er juillet prochain, paraissait au Journal Officiel. Le principe : « tout conducteur d’un véhicule terrestre à moteur, à l’exclusion d’un cyclomoteur, devra justifier la possession d’un éthylotest non usagé, disponible immédiatement ».
En cas de non respect, l’amende sera de 11 €. A noter que la liste obligatoire comprend déjà une boîte d’ampoules, un gilet jaune et un triangle de signalisation (45 € d’amende si une ampoule ne marche pas et que le conducteur ne peut la changer. Une « prune » de 90 euros en cas de non présentation des deux autres). Soit. Sur le fond l’intention de lutter contre les délits liés à l’alcool au volant (ou au guidon) est louable. L’alcool étant impliqué dans 31 % des accidents mortels en 2011. En 2007, la campagne « Soufflez, vous saurez » avait enclenché la commercialisation d’un million de ballons à 1 euro. Sans compter des éthylotests électroniques à 100 €.
Pourtant, du côté de Chantal Perrichon, présidente de la Ligue contre la violence routière, ce n’est pas l’enthousiasme qui prédomine : « oublions cette mesurette. Ce qui compte ce sont les éthylotests anti-démarrage qui aident les personnes ayant des problèmes avec l’alcool. Mais on ne veut pas que la mesure soit étendue à tous les véhicules ». Le gouvernement, quant à lui, réfléchirait à l’installation de ce type d’appareils. Claude Guéant, ministre de l’intérieur, aurait saisi la Commission européenne afin de l’imposer dans chaque véhicule. C’est ce qu’indique un article du site Internet rue89.com (1).
 
A quoi sert un éthylotest « non usagé »?
Sur la forme, en revanche, obliger les conducteurs à posséder un éthylotest « non usagé » suscite tout de même des interrogations. Parfois à la limite du rationnel. A se demander si les têtes pensantes à l’origine de ce décret n’avaient pas elles-mêmes abusé d’une boisson euphorisante.
Explications : à quoi peut donc bien servir un éthylotest « non usagé » dans un véhicule ? A rien me direz-vous. Être en mesure de présenter aux forces de l’ordre un appareil non usagé implique forcément d’en avoir au moins un deuxième sous la main en permanence. Le premier servant, le cas échéant, à tester son taux d’alcoolémie avant de prendre le volant. Le second permettant d’être en conformité avec la loi.
 
Car un automobiliste responsable, qui testerait sa capacité à conduire avant de prendre le volant avec son unique éthylotest, serait en infraction. Incapable, en cas de contrôle, d’en présenter un « non usagé ». Par ailleurs, on imagine pas un seul instant les agents de la force publique se fier à la seule bonne foi d’un automobiliste qui se serait testé lui-même avant. Vraisemblablement, les agents assermentés procéderont, dans tous les cas, à un contrôle d’alcoolémie.
 
Ne parlons même pas du délai physiologique entre l’absorption d’alcool et sa présence dans le sang. Imaginez la situation ubuesque d’un automobiliste ayant consommé de l’alcool et procédant à un test peu de temps après. Ce dernier est négatif. Il reprend le volant, tombe sur un contrôle et présente ses deux éthylotests : celui dans lequel il a soufflé et celui « non usagé » rangé dans sa boîte à gants. Entre temps, son taux d’alcool a augmenté pour passer au dessus du seuil légal. Et que penser des chauffards qui, eux, ne prendront pas la peine de se tester? Délirant.
 
Jackpot pour le fabricant Contralco
Mais, là où le bât blesse c’est quand on se penche sur la question de savoir à qui va bénéficier ce juteux marché ? Et là, surprise ! C’est ce qu’explique un article publié sur le site Internet lequipement.fr, et intitulé « Éthylotest obligatoire : Jackpot pour Contralco » (2). Il s’agit d’une société, basée dans l’Hérault, en situation de quasi-monopole avec 90 % du marché français et leader européen. Ainsi, l’Hexagone représente 36 millions d’automobilistes et 1 à 2 millions de deux-roues. Selon les calculs du site, sur une base de deux éthylotests par usagers de la route ce sont 72 millions d’unités à fournir.
Étant donné que le prix de vente moyen s’établit à 1€ et que la durée de vie de l’éthylotest à usage unique est de 18 à 24 mois, on peut « tabler » sur un gâteau de 72 000 000 euros tous les deux ans. De plus, les éthylotests sont particulièrement sensibles aux écarts de température. Si ces derniers sont conservés dans un habitacle de voiture en plein soleil ou sous une selle de moto près des échappements, personne ne peut certifier de leur non-détérioration.
Des précisions sur la société Contralco (61 employés) : elle offre la particularité d’être « la seule entreprise française à produire et vendre des éthylotests, électroniques ou à usage unique ». Chiffre d’affaires en 2008 : 5 700 000 € (soit 13 millions d’éthylotests). Contralco est, par ailleurs, fournisseur officiel de la Police et de la Gendarmerie (35 % de son activité). Le marché du particulier ne représentant que 25 %. Plus pour longtemps ! Les ventes devraient être multipliées par cinq d’ici peu.
 
Conflits d’intérêts entre l’association « I-Tests » et les fabricants comme Contralco?
Mieux. « I-Tests », association à but non-lucratif, a été créée en juillet 2011. C’est elle qui a largement contribué à ce décret. Un article publié sur lequipement.fr, en rappelle les statuts : « agir en faveur du développement des systèmes et dépistages, à toutes heures et en tous lieux » et apporter une « expertise technique au service des institutions et associations de prévention en formulant des propositions d’évolutions réglementaires et législatives pour le développement de la prévention des addictions liées à la consommation abusive d’alcool ».
Ce qui est gênant c’est que cette association à but non-lucratif est composée de membres ayant tout intérêt à ce que l’Éthylotest soit obligatoire. La plupart travaillent dans des entreprises directement liées au commerce d’éthylotests chimiques ou électroniques. Ou l’art subtil d’être à la fois juge et parti. Cerise sur le gâteau : comme l’indique lequipement.fr, Contralco « précisait récemment travailler avec des députés pour voir comment l’éthylotest pourrait être considéré comme un produit de prévention et se voir appliquer un taux de TVA à 5,5 % ». En effet, ce produit est taxé à 19,6 % et devrait passer à 21,2 % prochainement. Dans ce cas, le business serait d’autant plus fructueux.
 
L’homologation de certains appareils fait débat
Autre quiproquo possible : la question de l’homologation de ces appareils électroniques. Un problème soulevé par Anne-Laure Lebert, avocate clermontoise. Comme l’indique un article du quotidien La Montagne (3) : « le 28 février, elle a déposé une requête en nullité, concernant deux affaires portant sur des contrôles d’alcoolémie, effectués en novembre 2011, dans la région clermontoise. (…) La décision est attendue fin avril ». Le problème ? « Les contrôles (…) ont été soulevés sur des éthylomètres de marque Sérès ou Dragër ».
 
Or, l’avocate affirme que ces deux appareils « ne sont plus homologués par le ministère, respectivement depuis mai et juillet 2009″. Rien que dans le Puy-de-Dôme, « policiers et gendarmes ont contrôlé plus de 3 000 conducteurs en état d’ivresse », selon La Montagne.
Du côté des autorités, relève l’article, la situation embarrasse. Pour la CFDT-Police : « le matériel clermontois est homologué et les fonctionnaires travaillent dans un grand professionnalisme ». Autre son de cloche du côté du représentant du syndicat Alliance : « ça ne m’étonnerait pas. On travaille continuellement à flux tendu. Notre technocratie est défaillante et ce sont les services qui en pâtissent ». Martine Coudert, directrice de la direction départementale de la sécurité publique (DDSP) : « effectivement, les fabricants n’ont pas demandé le renouvellement de l’autorisation. Mais il s’agit simplement d’une autorisation de production. Ils n’ont plus le droit de produire les modèles en question, mais cela ne remet pas en cause leur utilisation ».
 
Sans être grand devin, ce « flou artistique » concernant l’obligation pour tout conducteur d’être équipé d’un éthylotest non utilisé promet des dialogues de sourds entre juilletistes, aoûtiens et forces de l’ordre sur la route des vacances. Et que dire de la collusion entre l’association « I-Tests » et les fabricants? Gageons que la mesure soit revue et corrigée avant sous peine d’assister à des situations ubuesques.
 
 
Sources :
(1) « Pour ou contre l’éthylotest obligatoire dans les voitures? », article publié le 02/12/2011 par Émilie Brouze sur le site rue89.com
(2) « Éthylotest obligatoire : Jackpot pour Contralco », article publié le 09/03/2012 sur le site lequipement.fr
(3) « Une avocate clermontoise soulève la non-homologation des éthylomètres depuis 2009 », article publié le 14/03/2012 par Sébastien Dubois sur le site du quotidien La Montagne.Le co

 

 

 

commentaires

Repenser la place de la voiture

Publié le 17 Mars 2012 par streetfilms&c dans Les riverains entrent en résistance

Une conférence de 27 minutes de Mark GORTON*

permet d'évoquer l'omniprésence de la bagnole en ville

et les dommages qu'elle occasionne avec des exemples précis à l'appui.

 

 

commentaires

Lettre ouverte aux candidat(e)s à l'élection présidentielle

Publié le 16 Mars 2012 par cp&c dans Ouvrage de référence

 

C’est au (à la)  candidat(e) à la Présidence de la République que nous nous adressons.

Contrairement au quinquennat précédent nous assistons maintenant à une stagnation du nombre des victimes. Nous sommes persuadés que des progrès sont encore possibles mais il faut une volonté politique clairement exprimée au plus haut niveau de l’Etat et relayée par tous les ministres concernés.

 

Une fronde s’est développée en 2011 lors du vote des mesures d’assouplissement du permis à points. Les mesures de sécurité routière ont été caricaturées, présentées comme uniquement répressives, ou n’ayant comme but que de remplir les caisses de l’Etat. Rien ne fut dit sur les souffrances épargnées et sur les victimes qui resteront toujours anonymes et ne pourront jamais témoigner leur reconnaissance. Ne se font entendre que ceux qui ont été contrôlés en infraction et se répandent en imprécations contre le système qui les a sanctionnés.

 

Nous vous demandons de prendre l’engagement de mener une politique sans faiblesse en annonçant dès maintenant que, si vous êtes élu, il n’y aura aucune amnistie y compris pour les infractions au stationnement, première marque d’incivilité. Il s’agira d’un signal fort qui marquera votre détermination de poursuivre le combat contre la violence routière.

 

L’insécurité sur nos routes met en jeu l’intégrité physique et psychique de plusieurs dizaines de milliers de nos concitoyens chaque année. Elle coûte également annuellement quelques dizaines de milliards d’euros à notre économie nationale. C’est un enjeu que vous ne pouvez négliger.

 

Nous vous soumettons 10 questions pour lesquelles nos militants et sympathisants attendent une réponse précise, diffusée auprès de nos adhérents et sympathisants et que nous rendrons publique.

 

Veuillez agréer, Madame, Monsieur, l’expression de nos sentiments distingués.

 

 

2012-03-14-Google-trend-candidats-.jpg

 

  1. L’analyse du passé a montré l’impact négatif des amnisties routières. Renoncerez-vous à toute forme d’amnistie concernant les infractions routières ?

oui  non 

 

  1. La lutte contre la violence routière sera-t-elle une des priorités de votre présidence ?

oui / non 

 

  1. Actuellement le nombre de tués sur les routes avoisine les 4000, quel sera votre objectif pour la fin de la mandature en 2017 ?

oui  non 

 

  1. Souhaitez-vous renforcer la loi Evin en interdisant la publicité des boissons alcoolisées et le sponsoring par des alcooliers de soirées de jeunes ?

oui / non 

 

  1. Comptez-vous, pour réduire les accidents et la pollution, baisser de 10 km/h la vitesse maximale des véhicules hors agglomération ?

oui / non 

 

  1. Développerez-vous une politique de sanction de la vitesse et de l’alcool par des contrôles plus fréquents et plus fiables ?

oui / non 

 

  1. Envisagez-vous de faire un audit complet du réseau pour obtenir une plus grande cohérence et pertinence des limitations de vitesse et des aménagements ?

oui / non 

 

  1. Vous investirez-vous, au niveau européen, pour faire réduire la puissance inutile des véhicules et harmoniser les règles du code de la route (vitesses, sanctions) ?

oui / non 

 

  1. Etes-vous favorable à l’équipement progressif des véhicules de technologies améliorant la sécurité routière : Limiteur s’Adaptant à la Vitesse Autorisée (LAVIA), neutralisation de tout téléphone en conduisant, « boîte noire » accidentologique ?

oui / non 

 

  1. Donnerez-vous une réelle importance à la sécurité routière dans la formation des jeunes mais aussi de tous les acteurs et décideurs concernés ?

oui / non 

commentaires

Ligair & La nouvelle violence routière

Publié le 15 Mars 2012 par ligair&c dans circulation "dure"

2012 03 15 Ligair émissions d'oxydes d'azotes.

 

 

Le site ligair propose de belles cartes par communes où l'on peut modifier les paramètres de la qualité (ou pas) de l'air. Ces indications sont-elles un autre révélateur d'une autre forme de violence routière ?

 

D'où viennent les émissions d'oxydes d'azotes ? Y a -il un risque ?

 

 

http://static.ligair.fr/geoclip/inventory/Inventaire_emissions_et_GES_2005.htm

commentaires

Conférence Loire à Vélo à Blois le Vendredi 20 avril

Publié le 14 Mars 2012 par ec&VELO41&b&c dans Conférence

confe-loire-a-velo5.jpg

 

Conférence gratuite sur "la loire à vélo" le vendredi 20 avril 2012 au "lobis bar" (avenue Maunoury) à Blois à partir de 20 h. 

 

2012-03-10-Blois-Lobis-bar-Loire-a-velo-jpg

 

 

info complémentaire du site eurovelo6.org

La Loire à vélo sur votre smartphone

11 mars 2012

La version mobile du site Internet loireavelo.fr vient d'être lancée. En attendant l'arrivée d'une application La Loire à Vélo pour smartphone, dans quelques mois.

La Loire à vélo sur votre smartphone

© CRT Centre Val de Loire

Trouver son hébergement du soir, vérifier les horaires d'ouverture d'un château, partager une photo avec une lumière exceptionnelle, c'est désormais possible en quelques instant, du bout des doigts, tout en tenant son vélo entre les jambes, grâce à la nouvelle version pour mobiles du site loireavelo.fr .

On peut accéder à m.loireavelo.fr depuis n'importe où et n’importe quand. C'est une première étape vers la possibilité de faire de son smartphone le guide privilégié d'une randonnée sur l'EuroVelo 6 le long de la Loire. En effet, une application La Loire à vélo sera téléchargeable dans quelques mois avec des fonctionnalités encore plus pratiques. Les cartes et guides imprimés vont prendre un coup de vieux.

 

commentaires

Afficher plus d'articles

<< < 10 20 30 40 50 60 70 80 81 82 83 84 85 86 87 88 89 90 100 200 > >>
Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog