Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Violence Routière 41 - Bougez autrement à Blois - Bougez autrement dans le val de Loire -

Ce blog associatif, à plusieurs mains, est un espace de débats, d'opinion pour favoriser les "déplacements doux". Il s'agit de "faire savoir à ceux qui savent faire"...avec pour seul objectif "zéro accident" - Ce blog est normalement SANS PUBLICITE, SI C'EST LE CAS C'EST SANS NOTRE ACCORD... (un moteur de recherche est disponible ci dessous à droite sous le mot "contact")

7 lanceurs d'alerte dénoncent les agissements de puissants lobbys et posent à tous les candidats à la présidentielle vingt questions précises.

Publié le 28 Février 2017 par Gérard Dubois (professeur de santé publique, Académie de médecine), Irène Frachon (pneumologue, CHU de Brest), Claude Got (professeur honoraire de médecine, université René Descartes), Serge Hercberg (professeur de nutrition, université Paris 13/CHU Avicenne), Catherine Hill (épidémiologiste, Institut Gustave Roussy), Albert Hirsch (professeur émérite) et Chantal Perrichon (présidente de la Ligue contre la violence routière in présidentielles, lobbys, lanceursd'alerte, santépublique

Pour les signataires de cet appel, des intérêts financiers dictent encore à l’Etat sa politique en matière de santé. Ils souhaitent que les candidats à la présidentielle prennent prendre clairement position.

LE MONDE | 26.02.2017 à 07h39 • Mis à jour le 26.02.2017 En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2017/02/26/en-france-la-sante-reste-malade-des-lobbys_5085727_3232.html#83kMl00bFTtm4xVm.99

La loi Evin dénaturée [...] Pour l’alcool, la loi Evin, il y a plus de vingt ­cinq ans, proposait une position équilibrée en acceptant la publicité informative tout en préservant les enfants. Le projet a été affaibli en autorisant successivement la publicité à la radio, à l’affichage, la vente par Internet permettant les livraisons d’alcool à domicile.

Pour finir, l’esprit du texte a été dénaturé par un amendement à la loi santé de 2015, établissant une distinction perverse entre marketing interdit et information autorisée. Celle­ci a été adoptée avec un processus digne de la commedia dell’arte, la ministre de la santé, Marisol Touraine, jouant le rôle d’opposante au projet pendant que le gouvernement manipulait l’Assemblée nationale pour obtenir, en force, une modification vidant de son sens le texte de la loi.

: Gérard Dubois (professeur de santé publique, Académie de médecine), Irène Frachon (pneumologue, CHU de Brest), Claude Got (professeur honoraire de médecine, université René Descartes), Serge Hercberg (professeur de nutrition, université Paris 13/CHU Avicenne), Catherine Hill (épidémiologiste, Institut Gustave Roussy), Albert Hirsch (professeur émérite) et Chantal Perrichon (présidente de la Ligue contre la violence routière

Ignorance

L’insécurité routière est responsable du plus grand nombre de morts évitables entre 18 et 25 ans. Quand François Fillon écrit dans son livre Faire (Albin Michel, 2015) que « les tentatives du gouvernement Valls pour faire baisser à 80 km/h la vitesse sur les routes départementales sont contre­ productives », il ignore que la diminution de la vitesse réduit la mortalité, la consommation de carburant, l’émission de dioxyde de carbone, la pollution et le déficit de notre balance des paiements car la France ne produit pas de pétrole.

Quand il ajoute que « la formation des conducteurs, l’amélioration du réseau routier et les innovations technologiques permettront de sauver bien plus de vies humaines », il démontre une ignorance de la sécurité routière qui se situe au même niveau que celle de Bernard Cazeneuve et ses 81 mesures tous azimuts qui ont produit trois années d’accroissement de la mortalité sur les routes, fait sans précédent depuis 1972.

Il évoque une mesure qui ne contrarie personne, la formation des conducteurs, aussi inefficace que les stages de récupération de points, ou les actions sur le réseau routier, extrêmement lentes à se concrétiser en termes de gains en vies humaines, ou encore les innovations technologiques qui agissent sur le long terme car il faut huit ans pour renouveler la moitié du parc automobile.

: Gérard Dubois (professeur de santé publique, Académie de médecine), Irène Frachon (pneumologue, CHU de Brest), Claude Got (professeur honoraire de médecine, université René Descartes), Serge Hercberg (professeur de nutrition, université Paris 13/CHU Avicenne), Catherine Hill (épidémiologiste, Institut Gustave Roussy), Albert Hirsch (professeur émérite) et Chantal Perrichon (présidente de la Ligue contre la violence routière

Nous posons à tous les candidats à la présidentielle vingt questions précises, auxquelles il leur est demandé de répondre par oui ou par non, sans ambiguïté. Les réponses ou l’absence de réponses seront publiées et accessibles au plus grand nombre sur Internet. Ainsi, en offrant aux électeurs la possibilité de se déterminer sur pièce, nous sortons de la discussion entre experts et ouvrons publiquement le débat.


Les signataires de ce texte sont : Gérard Dubois (professeur de santé publique,Académie de médecine),Irène Frachon (pneumologue, CHU de Brest),
Claude Got (professeur honoraire de médecine, université René Descartes),
Serge Hercberg (professeur de nutrition, université Paris 13/CHU Avicenne),
Catherine Hill (épidémiologiste, Institut Gustave Roussy), Albert Hirsch (professeur émérite) etChantal Perrichon (présidente de la Ligue contre la violence routière). Leur
questionnaire adressé aux candidats à l’élection présidentielle se trouve sur le site http://www.securite-sanitaire.org/

Gérard Dubois (professeur de santé publique,Académie de médecine), Irène Frachon (pneumologue, CHU de Brest), Claude Got (professeur honoraire de médecine, université René Descartes), Serge Hercberg (professeur de nutrition, université Paris 13/CHU Avicenne), Catherine Hill (épidémiologiste, Institut Gustave Roussy), Albert Hirsch (professeur émérite) et Chantal Perrichon (présidente de la Ligue contre la violence routière).

Commenter cet article