Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Violence Routière 41 - Bougez autrement à Blois - Bougez autrement dans le val de Loire -

Ce blog associatif, à plusieurs mains, est un espace de débats, d'opinion pour favoriser les "déplacements doux". Il s'agit de "faire savoir à ceux qui savent faire"...avec pour seul objectif "zéro accident" - Ce blog est normalement SANS PUBLICITE, SI C'EST LE CAS C'EST SANS NOTRE ACCORD... (un moteur de recherche est disponible ci dessous à droite sous le mot "contact")

La violence routière: une guerre sans nom ?

Publié le 12 Octobre 2013 par cp&c in guerre, lobby, vitesse, alcool, santé, téléphone

Communication pour les  "Rendez-vous de l'histoire" de Blois
du 10 au 13 Octobre 2013 sur le thème : la guerre

 

La violence routière, une guerre sans nom  ?
 

Communication à l'occasion des 30 ans
de la Ligue contre la violence routière.


Chantal PERRICHON, Présidente de l’association

La violence routière dans le monde représente 1,3 million de morts chaque année et 50 millions de blessés. En France, c’est la première cause de mort de notre jeunesse et la première cause de mort dans le monde du travail. La mort sur la route résulte de l’inertie des Etats face à quelques grands lobbys industriels : les constructeurs automobiles, les alcooliers, et depuis quelque temps les opérateurs téléphoniques.


Les experts de la sécurité routière ont identifié depuis des dizaines d’années la vitesse comme premier facteur causal d’accident et d’aggravation des blessures. Depuis la rédaction du Livre blanc de 1988, nous n’avons pu obtenir que les constructeurs cessent de produire des véhicules inutilement rapides et puissants. Dans la concurrence économique qui oppose les constructeurs en Europe, tous plient devant l’industrie allemande qui bloque les mesures pouvant réduire la puissance et la vitesse des voitures. Lors du mondial de l’automobile en 2002, Jacques Chirac, président de la République, avait eu le courage de déclarer : « Je condamne la vitesse comme argument de vente chez les constructeurs ». En cas d’accident, les véhicules lourds et puissants sont plus meurtriers que les véhicules plus légers, et il est insupportable de voir que des usagers dont les moyens sont limités, seront tués parce que d’autres ont la possibilité d’acheter des véhicules inutilement agressifs. Les accidents des jeunes en témoignent. En fabriquant des voitures qui incitent à prendre des risques et à mettre les autres en danger, les constructeurs, à l’instar des fabricants d’armes aux Etats-Unis, reportent leur responsabilité sur les utilisateurs.


La responsabilité des pays développés, qui exportent dans les pays en voie de développement des voitures trop puissantes, qui produiront du handicap et de la mort, parce que ces pays découvrent la sécurité routière et ne disposent pas des services médicaux d’urgence suffisants, ne saurait être occultée.
 

Dans ces drames quotidiens, le lobby de l’alcool a une grande responsabilité. L’alcool est responsable de 30% des morts sur nos routes. Cela n’empêche pas les alcooliers de contourner constamment la loi Evin et d’avoir obtenu l’autorisation de mettre leur publicité en ligne en 2009, avec tous les ravages que cela occasionne. Là encore, les lobbys font appel à la responsabilité des consommateurs, à leur éducation, etc.


Actuellement, dans tous les pays, les gouvernements tardent à interdire l’utilisation totale du téléphone en conduisant, bien que son rôle accidentogène ait été prouvé scientifiquement. Les constructeurs et les opérateurs téléphoniques sont évidemment favorables au bluetooth !


Par ailleurs, les lobbys « bénéficient » du soutien inconditionnel de certains médias – télévision, radio et presse - qui dépendent financièrement  de leur manne publicitaire. Non seulement ils favorisent la désinformation du public sur l’analyse des causes de l’accidentalité, mais ils font de surcroît l’apologie de la vitesse et de l’alcool. Que dire des journalistes chroniqueurs qui se présentent comme des experts et qui bénéficient eux et leurs proches de prêts gratuits de véhicules neufs à l’année, après avoir été invités dans des destinations exotiques pour apprécier et relater les nouveaux modèles des constructeurs.


Par crainte d’affronter les lobbies, les gouvernements tardent à traiter un problème de santé publique majeur mondial qui depuis des décennies représente des millions de morts et de handicapés.


Cette lâcheté des responsables politiques, quelle que soit leur appartenance idéologique, privilégie les intérêts de grands groupes au mépris des citoyens, de tous les citoyens dans le monde !
 

Un champ de bataille !
Un champ de bataille !

Un champ de bataille !

Brève présentation de notre association:


La Ligue contre la violence routière est une fédération d’associations départementales, créée il y a 30 ans, constituée exclusivement de bénévoles.
Notre association a été à l’origine ou a contribué à la mise en place de nombreuses mesures :
- Soutien actif au projet de loi réduisant les taux d'alcoolémie délictuels (de 1,2g/l à 0,8 g/l) et contraventionnels (de 0,8 g/l à 0,5g/l) (1987).
- Obligation de mettre la ceinture à l’arrière des véhicules et dispositif spécifique pour les enfants (1990)
- Autorisation pour les associations de sécurité routière de se porter partie civile aux côtés des familles de victimes (1994).
- Fin de l’Amnistie présidentielle pour les délits routiers en 2002
- Charte d’accueil des victimes d’accidents de la route et leurs familles (2004)
- Lancement en 2005 du 1er Palmarès de la "voiture citoyenne" en partenariat avec la revue 60 millions de consommateurs.
Nous donnons des conférences dans les universités, les écoles supérieures de police et de gendarmerie, etc.

Nous produisons les « Entretiens de la Ligue » : itv filmées et en ligne sur notre site.
Le Dossier de présentation de notre association : http://www.violenceroutiere.org/dossiersdepresse/f2011.pdf
Le Palmarès de la Voiture Citoyenne :
http://violenceroutiere.org/vc/


.

Commenter cet article